Articles

Vidéo-Damoclès. Caméras et téléphones-vidéos, professeurs et élèves se surveillent.


Par Denys Lamontagne , le 01 septembre 2009

Poussé à bout par un groupe d’élèves indisciplinés, harcelé heure après heure, jour après jour, un professeur submergé finit par sortir de ses gonds.

Jusque là, rien d'exceptionnel. Vous avez probablement assisté à ce genre de scène à un moment ou l’autre de votre éducation et l’événement restait généralement confiné à la classe ou à l’école dans les cas plus sérieux.  Les parties exposaient leurs griefs à la direction et le tout finissait pas se régler.

D’un autre coté, un professeur strict, un jour de printemps, nous surprenait tous en récitant un poème épique, un professeur d’anglais nous apprenait des jurons dans la langue de Shakespeare ou un professeur de maths entreprenait une petite danse aléatoire, tous des gestes amusants, indisciplinés, non prévus au programme et qui nous les rendaient sympathiques et nous ouvraient à autre chose.

Syndicats et associations de professeurs : les vidéos peuvent tout changer

Mais si la chose avait été filmée et se retrouvait sur YouTube et ensuite dans les médias avides de sensationnalisme, les conséquences n’auraient pas été les mêmes.  Avec l’avènement des vidéos en ligne, c’est ce que l’on constate et ce qui incite les associations de professeurs et les syndicats à se pencher sur le problème.

La plupart des écoles sont équipées de caméras de surveillance, pour des raisons de «sécurité». Mais on ne se rend compte que les élèves comptent aussi quelques centaines de caméras portables, pouvant être dirigées partout où le regard se porte.

Voici huit exemples de vidéos trouvés sur You Tube « Student vs Teacher».

Le professeur dansant ne le fera plus, le prof en colère se fera mettre à la porte, d’autres seront poursuivis en justice et plusieurs autres ne verront qu’un peu de leur ego remué.  Les vidéos les plus spectaculaires mènent évidemment à s’attarder sur des situations d’exception qui auraient du être confrontées depuis longtemps.

Et on en trouve des dizaines d’autres où le ridicule d’une situation construite et hors contexte est devenu public et est traîné comme un boulet par son sujet.  La possibilité de voir des actions dans la salle de classe se retrouver exposées publiquement encourage le milieu éducatif à établir une politique quant à l’usage des technologies et leur rapports avec la sphère publique.

Exposer des situations problématiques objectivement permet éventuellement d’en résoudre un certain nombre, mais le faire dans un but malveillant peut aussi se retourner contre ses auteurs.  Dans tous les cas, les élèves ont à apprendre le bon usage des nouvelles technologies. Qui d’autre que l’école peut enseigner les lois du comportement social ?

Ce qui devrait nous guider dans l’établissement des politiques éducatives quant aux technologies, en allant plus vers la coopération que la confrontation.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné