Articles

La Faculté de Droit Virtuelle de Lyon 3 est sur la toile (2/2)

Gérald Delabre expose les projets de la FDV.

Par Christine Vaufrey B , le 23 mars 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 20 mai 2016

Première partie de l'entrevue

Deuxième partie de la rencontre : de la pédagogie et de l'accès aux ressources en ligne – Projets de la FDV

A votre avis, les pratiques pédagogiques des enseignants ont-elles changé avec (ou à cause de) la plate-forme et des divers outils numériques mis à leur disposition ?

Notre ambition n'est pas de changer de manière autoritaire les façons de faire des enseignants. Une récente journée d'échange a montré que ceux qui faisaient de bons cours avant continuent d'en faire avec les outils numériques ! Ils ont le sentiment de faire plus, ou mieux, pour leurs étudiants. Surtout, ils ont le sentiment d'avoir appris des choses sur leurs propres pratiques. Par exemple, William Dross a ouvert un wiki permettant aux étudiants de mutualiser leurs notes de cours. En lisant les contributions, il a pu identifier les points de son cours qui posaient problème, qui n'étaient peut-être pas clairs. Autre exemple : une enseignante enregistre ses cours et les met à disposition sous forme de podcasts. En s'écoutant, elle a aussi identifié des tics de langage, des explications un peu rapides... et s'est évidemment corrigée.

Mais vous devez bien être confronté vous aussi au fait que les enseignants ne veulent pas toujours consacrer du temps supplémentaire à bâtir des outils en ligne, en plus de leurs supports habituels de cours...

C'est vrai, et cela constitue toujours le problème numéro 1. Ceci dit, des enseignants qui ont construit des modules complets de cours en ligne ont témoigné du fait que cela avait demandé un gros investissement la première année, mais que cela en faisait gagner beaucoup les années suivantes : la structure est là, il suffit de l'actualiser, de sélectionner les ressources pertinentes pour tel ou tel point, de cacher les autres... C'est vraiment très souple.

Au delà de l'animation de la plate-forme, vous vous êtes lancés dans différents projets...

Oui, nous expérimentons beaucoup. Nous avons par exemple ouvert un espace sur Second Life (voir ce billet de blogue qui fournit le lien vers le dossier de presse relatif au projet). Je vous assure qu'au démarrage du projet, certaines autorités universitaires nous ont regardé avec un certain dédain... Mais la salle d'échanges que nous y avons ouverte, avec le soutien financier du Conseil général du Rhône, permet des échanges plus spontanés qu'en cours, ou même que sur la plate-forme.

800 ressources en libre accès

Vous mettez également des ressources en accès libre, y compris pour les personnes qui ne sont pas inscrites à l'Université.

Oui, actuellement près de 800 ressources sont en accès libre sous licence Creative Commons, qui couvrent les quatre premières années des études de Droit. Ce sont des contenus créés par la FDV, distinctes des ressources de cours des enseignants. Nous avons un budget annuel équivalent à 600 heures de TD pour créer ces ressources.

Vous ne craignez pas de vous les faire voler, ou des utilisations abusives, en les mettant sous licence Creative Commons ?

La meilleur protection, c'est la diffusion. Nos fiches sont désormais très connues, justement parce qu'on peut les utiliser librement. Il serait impossible aujourd'hui de s'attribuer la paternité d'une fiche créée par la FDV, tous les enseignants et formateurs de droit les connaissent. Et ces ressources nous donnent une excellente visibilité. Et même si cela était, nous n'y perdrions pas grand chose. Il faut savoir être généreux pour recevoir...

Quels sont vos projets aujourd'hui ?

Nous allons organiser les cinquièmes Journées du E-Learning, en partenariat avec les autres universités de Lyon, l'INSA (école d'ingénieurs) et l'Université de Saint-Etienne. Cette année, nous avons retenu le thème suivant  « Au delà des plates-formes, la e-pédagogie ». Nous voulons réaffirmer que l'outil n'est rien sans la pédagogie. Toutes les plateformes, gratuites ou payantes, offrent peu ou prou les mêmes fonctionnalités de base. Nous allons réfléchir pendant deux jours à la pédagogie en ligne, avec ou sans plateforme.

Au-delà de ce rendez-vous proche, notre grand projet, c'est la naissance de l'Ecole de Droit de Lyon, qui sera totalement en ligne. L'accès aux professions du Droit va être réformé, et nous avons voulu anticiper sur les réformes à venir, avec cette Ecole qui s'adressera à des étudiants sélectionnés disposant déjà au moins d'une licence (bac + 3), et suivront des séminaires animés par des binômes composés d'un enseignant et d'un professionnel.

Vous ne manquez donc pas d'idées, à la FDV !

Certainement pas ! Nous avons gardé un esprit joueur, le goût de l'expérimentation. Nous n'avons pas d'objectif institutionnel, du genre « augmenter le nombre d'inscrits de 25 % grâce à l'offre en ligne », bien que nous soyons soutenus depuis le départ par les autorités de la faculté. Cela nous donne une certaine liberté, nous permet de ne rien imposer aux enseignants, et c'est la clé de notre succès.

Suivez la Faculté de Droit Virtuelle sur Twitter et sur Facebook

Le site de la FDV

Tenez-vous informé de l'élaboration de la cinquième édition des Journées du E-Learning sur Twitter

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné