Articles

Formation professionnelle : adapter l'environnement à l'apprenant et non l'inverse

Par Christine Vaufrey B , le 19 octobre 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 06 avril 2012

Nous sommes bien placés, chez Thot Cursus, pour évaluer les avancées et les résistances à l'utilisation des TICE en éducation et en formation et, plus largement, pour rendre compte des modifications de l'acte d'apprentissage lui-même sous l'influence des technologies numériques.

Les structures, les comportements, les organisations en charge de l'éducation et de la formation résistent bien aux coups de boutoir annoncés de la révolution numérique : on constate que les outils numériques ont modifié largement plus nos actes de la vie quotidienne privée que nos manières d'apprendre et de travailler. Pourquoi ?

Un article publié en décembre 2009 sur le site Les pratiques de la formation du Centre-inffo donne des éléments de réponse très intéressants à cette question.

Selon Michel Lisowski "les mutations technologiques de ces dix dernières années ont surtout changé notre manière de consommer toujours plus de marchandises high-tech mais n’ont quasiment rien changé dans nos activités humaines aussi essentielles que sont le travail, l’éducation et la formation". Le pire, c'est que nombreux (nous en faisons partie) sont ceux qui depuis dix ans vantent le potentiel énorme de ces outils, sans que cela permette à la France en particulier de "rattrapper son retard" en matière d'utilisation des TIC dans les entreprises et en formation.

Peut-être alors faut-il changer de stratégie, passer "de l'affordance à la poïétique", comme dit l'auteur de l'article. Sous ces termes savants se cachent deux conceptions opposées de la relation qu'entretiennent l'apprenant et son environnement.

L'affordance décrit la capacité d'un objet à suggérer sa propre utillisation. Ainsi les TIC possèderaient-elles des propriétés intrinsèques qui conditionneraient le niveau et la nature des usages qui en sont faits. Les caractéristiques propres des TIC autoriseraient "naturellement" leur utilisation à des fins d'apprentissage et de formation, par exemple. 

La poïétique vise à l'inverse à l'étude des potentialités inscrites dans une situation données susceptibles de répondre de manière originale à un besoin. La poïétique a d'abord été développée en philosophie de l'art, avant d'être appliquée par notre mystérieux auteur au domaine de la formation.

En d'autres termes, nous avons tendance à penser que c'est l'apprenant qui doit s'adapter à son environnement (affordance), alors qu'il faut peut-être considérer que c'est l'environnement qui doit s'adapter, se configurer au besoin de l'apprenant (poïétique).

le formateur est un assembleur

L'auteur applique ce changement de perspective à l'environnement de travail de l'apprenant en cours d'emploi, cet environnement étant composés d'éléments et de situation qui, identifiés, combinés et convenablement outillés, sont porteurs d'apprentissage. Et il revient au formateur, dans cette perspective, d'identifier, assembler et outiller (le plus souvent en utilisant les outils déjà en place) les situaitons porteuses. Le formateur est un assembleur, et sa place varie en fonction des modifications qui s'effectuent dans l'environnement d'apprentissage.

Le formateur doit donc être capable de partir des situations réelles de travail de l'apprenant et de construire son environnement d'apprentissage. Point n'est besoin pour cela de modifier l'environnement de travail : l'entreprise dispose de nombreux "espaces ouverts d'apprenance" formels, informels, non formels et "transformels" (désignant les dispositifs de gestion de l'information et de gestion des connaissances mis en place dans l'entreprise). Les stages, les journées de formation sont évidemment intégrées à cet environnement, mais de façon presque accessoire et à des moments déterminés pour tirer parti du fait que, selon ce que l'on sait aujourd'hui de la construction des compétences des travailleurs, "70 % de l'apprentissage passe par la confrontation à des situations nouvelles, 20 % à travers des feedbacks et 10 % au cours des stages".

Des outils multimédia au service du projet de formation dans les quatre espaces d'apprentissage

Et les TIC dans tout ça ? Elles sont indispensables, dans la mesure où elles facilitent le travail individuel et collectif dans l'espace original de formation préalablement défini. Il ne s'agit plus là d'utiliser les TIC pour leurs propriétés intrinsèques et "naturellement" bonnes, mais bien de les mettre au service d'un projet. L'auteur identifie alors des familles d'outils potentiellement utilisables dans les différents espaces de formation repérés plus haut. Par exemple, pour profiter au mieux des situations non formelles d'apprentissage générées par l'entreprise (séminaires de travail, management de projets, échanges de savoirs, communautés de pratique), on utilisera  des ateliers virtuels, des conférences en ligne, des réseaux sociaux. La mise en corrélation est identique pour els trois autres espaces d'apprenance.

L'intention formative en situation de travail préexiste donc à l'utilisation des outils. Cette dernière y trouve une pertinence et un sens qui fait encore souvent défaut, dans la mesure où l'intérêt des TIC et du e-learning en milieu de travail est plus fréquemment associé à des avantages pour l'entreprise (réduction des coûts, formations sur étagères disponibles à tous moments, réponses immédiates à des problèmes sur des tâches données...) qu'à ceux qu'il procure au salarié.

C'est la conception-même de la formation en cours d'emploi qui se trouve dans cet article revisitée. Et les outils multimédia y jouent un rôle considérable, celui de rendre possible la mise en pratique de cette conception, qui vise à tirer le meilleur parti de toutes les situations de travail en environnement apprenant. 

Mutations technologiques, innovation pédagogique et évolution du métier de formateur. Les pratiques de la formation, Centre Inffo.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné