Articles

Des seniors branchés et surfeurs

Par Marion Sabourdy , le 12 avril 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 13 avril 2010

« L’informatique, c’est pas pour les vieux » blague Jean-Emile Meyer, un lecteur du Monde.fr le 17 janvier dernier. Le texte dynamique et malicieux de ce monsieur qui a « presque l'âge qu'aurait eu, s’il avait vécu,Alan Turing » prouve pourtant bien le contraire.

Ce féru de nouvelles technologies liste avec humour toutes les possibilités qui lui sont offertes : l’enregistrement des fichiers tel une « béquille mémorielle », le traitement de texte qui corrige les étourderies dues aux « mains qui tremblent », «l’accessibilité » du matériel aux « gens dotés de basse vision et de mauvaise ouïe », les courses et visites d’expositions depuis chez soi, la famille à portée de clavier… Il avoue s’être même « offert des ... « surprise party » sur Second Life !

Et Jean-Emile n’est pas le seul. Les seniors investissent de plus en plus les nouvelles technologies et la Toile au point d’être devenus de vrais « cibles marketing ». Un article du site Senioractu.com daté de décembre 2009 décrypte deux études récentes : selon le Crédoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie), les sexagénaires « sont maintenant 62 % à être équipés [d’un PC] contre 45 % en 2008 ». Et aux Etats-Unis, le nombre de plus de 65 ans actifs sur le web est passé de «  11,3 millions en novembre 2004 à 17,5 millions en novembre 2009 », les femmes étant largement majoritaire, a indiqué une étude de l’institut américain Nielsen publiée le 10 décembre 2009. De plus, « en cinq ans, les 65 ans et plus ont augmenté leur durée en ligne de 11 %, passant de cinquante-deux heures par mois en moyenne à plus de cinquante-huit heures actuellement ».

Les seniors, des internautes comme les autres

Et que font-ils ? Peu ou prou «la même chose que les autres internautes » : 88,6% d’entre eux s’envoient des e-mails, 68.6 % consultent les cartes géographiques, 60,1 % les prévisions météo et 49 % lisent les journaux. Mais également « ils partagent des photos, ils appartiennent à des réseaux sociaux, effectuent des recherches d’informations » et même… draguent !

Terminés les « vieux » qui peinent à comprendre les explications lancées à un débit de mitraillette par leurs petits-enfants exaspérés. Les grands-parents lisent, se forment, testent. Leur enthousiasme est bien visible, comme l’écrit Rafaële Rivais dans Le Monde. Le matériel commence même à s’adapter avec le pack Hello d’Orange, des ordinateurs ergonomiques, une souris spéciale senior « dotée d’une bague, fixée sur le bouton gauche de la souris (…) maintient le doigt en place, facilitant ainsi la manipulation de la souris » voire même bientôt une « souris-loupe ».

Mais matériel adapté ou pas, l’article du Monde souligne en revanche la nécessité d’une formation pour accompagner les seniors débutants, car beaucoup sont encore rebutés par l’apparente complexité des TIC. Des initiatives locales à l’image du programme Seniorcité de la RATP ont déjà vu le jour. Du côté des formateurs, le Laboratoire des technologies de l'Informations et des Communications Educative et Apprenantes de la Loire propose une page « Seniors et TIC » qui liste des ressources utiles.

Où la méthode de "l'essai-erreur" n'a pas d'âge

Les « élèves » les plus hardis peuvent également se former seuls. Grâce aux articles du site Interstice, Jean-Emile dit n’être « plus une cible pour [les] margoulins, parce que je comprends ce qui se produit ». Plus abordables pour les non initiés, les rubriques « internet » des sites dédiées aux seniors regorgent de « bon plans » et autres « trucs » pour comprendre les notions de base. Parmi de nombreux exemples :le site Notre temps propose un mode d’emploi pour installer un fond d’écran, des explications sur les photos numériques ou encore des fiches pratiques (moyennant une inscription gratuite).

Le site Senior Plus a repéré l’initiative personnelle de Bernard Grillon, « jeune retraité actif » qui propose « une brochure sur l’initiation à l’informatique » de 150 pages à toute personne qui le contacte par mail. Ces sites peuvent également orienter les seniors vers des initiatives locales comme le projet Empatic à Grenoble qui « vise à permettre aux personnes âgées de rester en contact avec leur famille, leurs amis et les services à la personne » et les ateliers « TIC et créativité à destination de personnes âgées habitant (…) l'agglomération nantaise ».

Seule ombre au tableau, décrite par le site Senior Actu « la présence des 55 ans et plus sur les réseaux sociaux inquiète les responsables de Facebook ou MySpace qui voient les adolescents se détourner de leurs sites avec les inscriptions de leurs parents ou de leurs grands-parents ». Si les jeunes aiment pouvoir envoyer des documents à leur mamie, ils apprécient moins de la voir s’immiscer dans leurs conversations sur Facebook… « Une fois encore, il va falloir que les différents âges apprennent à vivre ensemble. Même de manière virtuelle ».

Crédit photos : Korean Resource CenterPatrick QRonn ashore, Flickr, licence CC.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné