Articles

Les voies inattendues du progrès en apprentissage*

Par Mohamed Ouzahra , le 29 novembre 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 30 novembre 2010

Tous les éducateurs vous le diront, la situation des nouvelles technologies en éducation est quelque peu paradoxale. Le recours aux TIC est incontournable dans la plupart des matières d’enseignement mais, pour autant, leur influence dans la progression des élèves est le plus souvent difficile à cerner. Sur ce plan, les avancées fulgurantes de l’informatique ces dernières années n’ont pas accouché de logiciels dits intelligents, c'est-à-dire susceptibles d’aider réellement l’élève à aller au bout de ses acquisitions. Hormis peut-être dans l’enseignement des langues, grâce aux algorithmes de traduction et de reconnaissance vocale, et celui des mathématiques avec les progrès des logiciels de simulation notamment.

Cependant, globalement, les "ratés" de l’intelligence artificielle dont on attendait monts et merveilles ont quelque peu refroidi les ardeurs. On semble aujourd’hui, comme c’est souvent le cas après une "désillusion" technologique, vouloir revenir à l’essentiel : essayer de comprendre comment fonctionne le processus d’apprentissage pour renforcer le soutien aux élèves lorsqu’ils traversent des moments critiques, ces bifurcations où se produit – ou pas – le déclic de la compréhension.

A cet égard, deux points paraissent importants : la nécessité d’instaurer une culture numérique à l’école afin de faciliter l’appropriation d’outils intelligents d’apprentissage et la place que devrait occuper la pédagogie de l’erreur dans la conception de ces outils.

De la nécessaire culture numérique en classe

Est-il nécessaire d’argumenter une telle initiative ? Aujourd’hui, l’informatique est partout et avant même de songer à l’utiliser pour apprendre, la maitrise de ses outils devient un passage obligé de l’alphabétisation voire du simple vivre-ensemble moderne. Oui mais, comment procéder pour développer cette culture à l’école ? Voici une option qui semble intéressante à discuter.

Voire. Il semble encore plus intéressant de développer cette culture informatique ou numérique en liaison avec d’autres cultures connexes comme il est proposé ici par Bernard Stiegler (Philosophe, Directeur de l’IRI, Professeur à l’université de technologie de Compiègne). Stiegler plaide pour une formation aux nouvelles technologies de l'information « du point de vue du contexte », en intégrant notamment la donnée fondamentale d’élèves qui en savent parfois plus que leur professeur en matière de maniement d’outils numériques. Ce qui risque de produire si l’on n’y prend garde un « décrochage entre générations » poursuit-il.

L’enjeu est en tout cas assez sensible pour qu’une mission parlementaire ait été chargée de produire un rapport, pertinemment intitulé « Réussir l’école numérique », sur le moyen d'introduire et de renforcer cette culture au sein des établissements scolaires. Or, parmi les priorités repérées par le rapporteur, le développement d’outils numériques innovants figure en bonne place. Il s’agit certes de numériser les ressources bibliographiques pour procurer à l’élève une bonne culture générale[1] mais aussi d’encourager l’utilisation des « jeux sérieux » et autres outils de simulation dans les processus d’apprentissage.

Une approche que traduit l’usage, qui s’étend, des cartes mentales ou conceptuelles et dont une illustration nous est donnée par le Pearltrees de Thot ou encore l’article de Pierre Nobis dans ce numéro.

Mais ouvrir la voie à l’intégration d’outils un peu plus analytiques et intelligents que les habituels didacticiels de conjugaison ou de calcul est une approche qui suppose que soient identifiés les mécanismes à l’œuvre dans le process d’apprentissage. Et la production d’erreurs, s’il en est fait une bonne appréciation, peut s'avérer un indicateur très précieux à cet égard.Voici pourquoi.

De la pédagogie de l’erreur

Dans une société obnubilée par la performance, l’erreur conserve une connotation essentiellement négative. Il faut apprendre sans faire de faute. Ou alors, lorsqu’elle est commise ou inévitable, s’évertuer à l’effacer au plus vite. Parce qu’en définitive, seul le résultat compte et le cheminement pour y parvenir importe peu. Pourtant, on le sait depuis longtemps, on apprend surtout de ses erreurs. Alors, au temps du zapping facile et du butinage sur le net, comment inciter l’enseignant à mettre l’erreur au centre de sa pédagogie ? Et convaincre l’apprenant de l’utilité de s’attarder sur les fautes qu’il commet pour comprendre le mécanisme de l’apprentissage et progresser ? Quelques pistes parmi d’autres.

Le premier pas dans ce sens est de restituer à l’erreur son statut d’indicateur dans le diagnostic du travail de l’élève. Ou encore mieux, en faire une étape nécessaire pour progresser comme le suggère ce petit tableau extrait d’un ouvrage consacré à la question.

En réalité, à toutes les étapes du process d’apprentissage, l’erreur nous renseigne sur la situation de l’apprenant. En effet, que ce soit au niveau de la compréhension des consignes, de la production du contenu et des réponses, ou encore de la fatigabilité de l’élève, l’analyse de l’erreur nous révèle beaucoup sur la manière de transmettre les connaissances et les insuffisances auxquelles il faut pallier. La nature de l’erreur renseigne aussi sur l’endroit et le moment de l’apprentissage où elle a été commise. Et donne donc la possibilité d’apporter là encore les rectifications nécessaires.

L’intérêt de l’erreur, mis en évidence ici pour l’enseignement du FLE, repose donc sur la possibilité de retracer le parcours de l’apprenant et de repérer les bifurcations, erronées ou sources d’erreurs, qui y ont été empruntées.

En définitive, ce qui transpire de ces grandes manœuvres est ni plus ni moins la nécessité de combler le fossé, qui existe toujours, entre le monde de l’école et celui du travail, le numérique étant appelé justement à faire office de lien entre les deux.


[1] Une recherche récente montre en quoi « l’acquisition de la culture générale est la clé de la réussite scolaire » (voir à ce propos l’article du Figaro sur ce sujet).

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné