Articles

Après le e-learning, le m-learning ?

Par Alexandre Roberge , le 10 novembre 2008 | Dernière mise à jour de l'article le 06 septembre 2011

Il peut paraître surprenant de dire que le e-learning est "dépassé". D'ailleurs, l'utilisation du terme lui-même est un peu exagérée. Pourtant, en lisant cet article, on se rend compte qu'on tente déjà d'adapter le e-learning à une nouvelle sauce.

En effet, que possède de plus en plus l’humain de nos jours ? Des cellulaires, des BlackBerry, des Palm, etc. Bref, de petits objets traînants sur soi qui nous gardent connectés avec le monde par le biais de services téléphoniques ou, du moins, par l’Internet. Cette masse importante d’utilisateurs permet donc de rejoindre un grand bassin de population. Une population qui pourrait se former…

Une population qui aura peut-être besoin du m-learning, que l’on pourrait traduire par l’apprentissage mobile.

En effet, quand on regarde un appareil comme l’iPhone d’Apple, on se rend compte que déjà le m-learning s’infiltre tranquillement dans les appareils mobiles. En effet, l’appareil permet, entre autres, de télécharger des utilitaires qui permettent d’avoir des phrases de base dans un langage donné (le mandarin, par exemple). Ainsi, on peut « apprendre la langue » ou, du moins, se servir de cette liste pour s’en sortir en voyage à l’étranger.

Évidemment, tout cela est bien sommaire pour l’instant, mais on peut voir les balbutiements de ce que pourraient être le futur du m-learning et le futur en termes de formation aussi. Ce n’est donc pas étonnant de voir la compagnie Apple s’intéresser et participer à la recherche en m-learning, voyant tout le potentiel que cela aurait autant en termes d’image que de profits.

Ainsi les études et expérimentations du CERAM Business School en m-learning seront peut-être porteuses d’une multiplication d’expériences et de propositions dans ce sens dans l’avenir. Néanmoins, on peut se demander – tout comme eux – comment un tel projet se présenterait-il ? Comment former convenablement à partir d’une technologie souvent petite, pas toujours adéquate donc pour se taper la lecture d’un essai ou d’un cursus scolaire.

Serait-ce alors le développement de formations à distance plus axées sur l’écoute ? Le tutorat utiliserait-il davantage le téléphone cellulaire ? Peut-on vraiment imaginer toute une formation en m-learning ou faut-il surtout y voir un outil complémentaire à une formation en e-learning ? Ou peut-être une plate-forme plus intéressante pour des "serious games" ? 

Si plusieurs chercheurs se lancent dans ce domaine, peut-être aurons-nous des réponses à ses questions prochainement et, qu’éventuellement, nos technologies mobiles deviendront des classes d’élèves nomades suivant leur formation en bougeant…

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné