Articles

Évaluer avec les apprenants

Par Tété Enyon Guemadji-Gbedemah , le 10 décembre 2008 | Dernière mise à jour de l'article le 16 décembre 2008

L'évaluation tient une place centrale dans les dispositifs éducatifs. On lui reconnaît entre autres rôles :

  • d'attester d'une formation (évaluation certificative),
  • de vérifier si des savoirs et compétences sont acquis (évaluation sommative),
  • d'apprécier le niveau atteint et les potentialités à poursuivre dans telle ou telle voie (évaluation pronostique),
  • de jauger du niveau atteint par une classe d'âge ou une population scolaire (évaluation diagnostique).

Toutes ces évaluations sont importantes et parfois omniprésentes dans le fonctionnement des systèmes éducatifs. Laure Endrizzi et Olivier Rey y consacrent un dossier édifiant et y traitent précisément d'une forme particulière d'évaluation : l'évaluation pour l'apprentissage encore appelée évaluation formative.

Cette évaluation consiste à contrôler les connaissances dans le cours même du processus d'apprentissage, pour le faciliter, le réorienter ou le réguler, plutôt qu'en fin d'apprentissage où elle a un rôle de validation, voire de sanction.

L'évaluation formative ne s'oppose pas à l'évaluation sommative,  mais elle a ceci de plus qu'elle vise à fournir à l'apprenant un feedback ou une rétroaction, des informations sur son degré d'acquisition des savoirs et sur ses erreurs afin que celui-ci revoie sa copie et approfondisse les points partiellement acquis.

Le rôle de l'apprenant dans le processus d'évaluation

Qui dit rétroaction dit forcément intervention de l'apprenant. Ce dernier n'est donc pas passif dans le processus d'évaluation. D'ailleurs, plus la place accordée à l'apprenant est importante dans le processus d'évaluation, plus son avis aura de l'influence.

En début de séquence d'apprentissage par exemple, le feedback de l'apprenant peut influencer les pratiques pédagogiques de l'enseignant. En fin de séquence, on pourra l'encourager à réfléchir sur ce qu'il a appris et à identifier les prochaines étapes de l'apprentissage.

Même si les chercheurs et les praticiens ne s'accordent pas sur la forme à donner à l'intervention des apprenants dans le processus d'évaluation, il est admis par tous que ces derniers ne devraient pas en être tenus à l'écart.

Le portfolio

Un exemple assez significatif de ce que peut être l'implication des apprenants dans l'évaluation est le portfolio. Il s'agit selon la formule de Paulson et al. d'une "collection significative des travaux de l'élève illustrant ses efforts, ses progrès et ses réalisations, dans un ou plusieurs domaines".

De plus en plus, le portfolio est numérique c'est-à-dire que les informations sur le parcours de l'apprenant sont rassemblées sur "un support numérique et gérées par un logiciel approprié ; permettant l'utilisation de fonctionnalités multimédia, et intégrées à un site web ou disponible en cd-rom ou un dvd-rom" selon Challis.

Dans la pratique, le portfolio sert autant à l'auto-évaluation qu'à la validation voire à la certification des acquis. Toutefois, des travaux montrent que cet outil serait plus efficace s'il était associé à des moments clés du parcours des apprenants. Autrement dit, un portfolio c'est bon mais c'est encore mieux de le mettre au service de l'évaluation formative.

L'évaluation au coeur des apprentissages

INRP, Dossier d'actualité n° 39 -  novembre 2008

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné