Articles

Des cours en version bêta -

Par Thot , le 25 septembre 1999 | Dernière mise à jour de l'article le 30 mai 2011

Depuis toujours, avant d’être mis officiellement sur le marché, un nouveau logiciel passe une batterie de tests par des utilisateurs avertis à l’affût des bogues de tous acabits. Avec Internet, cette pratique s’est élargie : qui n’a pas un jour téléchargé une version bêta d’un logiciel pour en faire l’essai?

Chez Digitalthink, le contrôle de la qualité des cours passe aussi par des versions bêta : avant d’être offert au grand public, chaque cours est soumis au «Quality Group».

N’importe quel internaute peut d’ailleurs faire partie de ce groupe et recevoir périodiquement le catalogue électronique des prochains cours qui seront mis au banc d’essai. Titre du cours, objectifs, contenu, logiciels nécessaires s’il y a lieu, formation préalable, date prévue de l’expérimentation : toute l’information nécessaire pour faire un bon choix y est. Un de ces cours vous intéresse? Vous vous y inscrivez, tout simplement.

Mode de fonctionnement

Le jour où le cours est prêt, un message personnel vous indique comment y accéder avec votre logiciel fureteur. Et vous voilà lancé dans l’aventure d’un cours en ligne complet : avec tuteur disponible pour répondre à toutes vos questions, ressources à télécharger, modules d’apprentissage adaptés au travail à l’écran, résultats sur-le-champ des tests d’autoévaluation, corrections sans délai par le tuteur des exercices pratiques, bulletin de notes cumulatif, atelier de discussion en ligne, messagerie en temps réel pour communiquer avec les autres participants qui sont en même temps devant leur ordinateur quelque part sur cette planète...

Je me suis inscrit, avec une centaine d’autres braves, pour expérimenter le cours «IN510, XML Fundamentals» . Un coup d’oeil sur la liste des étudiants m’apprend que nous venons de partout : une vingtaine d’États des États-Unis et une dizaine de pays du globe sont représentés.

Certes, il y a des contraintes : le cours est en anglais, il faut avoir les pré-requis (dans ce cas-ci, connaître le langage HTML), avoir suffisamment de temps pour compléter le cours durant les trois semaines d’expérimentation, faire tous les exercices et tous les travaux pratiques, signaler au fur et à mesure au responsable de la qualité tout ce qui ne fonctionne pas dans le cours et, à la toute fin, remplir un questionnaire d’évaluation du cours. Mais quelle expérience!

L’objectif que je poursuivais en m’inscrivant à ce cours est pleinement atteint : je connais maintenant mieux le langage XML et je peux même faire un peu de programmation; je comprends aussi comment ce langage révolutionnera complètement le traitement de l’information et comment il décuplera le potentiel de communication d’Internet dans quelques années, notamment dans le domaine des technologies de l’apprentissage.

Derrière le serveur

J’ai demandé à Jean Papo, responsable du programme d’essai des cours chez Digitalthink jusqu’à tout récemment, si la formule du Quality Group donnait de bons résultats.

«Durant les huit mois pendant lesquels j’ai coordonné les activités du programme : 700 étudiants volontaires se sont ajoutés au Quality Group, qui compte maintenant plus de 2 500 personnes; parmi elles, 2 092 volontaires ont testé 50 nouveaux cours; 2 078 commentaires de toutes sortes ont été acheminés par les participants (bogues, erreurs diverses, suggestions...) et inscrits dans la banque de données du "Beta Test Program"; 16 bulletins d’informations ont été envoyés au groupe, dans lesquels on a annoncé jusqu’à 26 nouveaux cours en même temps, chaque cours faisant l’objet d’une description détaillée; plus de 16 000 courriels ont été échangés avec les membres du groupe...»

Estella Luluquisen, qui dirige depuis peu le programme d’expérimentation chez DigitalThink, nous apprend que les commentaires amènent parfois à repenser complètement un cours. Ce fut le cas du cours «ct107 - Designing & Implementing a Database in MS SQL» : il s’ensuivit alors une deuxième version bêta améliorée qui a fait, elle aussi l’objet d’une expérimentation.

On le voit, la formule suscite énormément d’intérêt, chaque partie y trouvant son compte. Car si DigitalThink peut ainsi à peu de frais tester et garantir la qualité de ses cours, et fournir à ses tuteurs un stage bien ancré dans le réel, ceux qui participent à l’expérimentation peuvent, en contrepartie, suivre à distance et gratuitement un cours solide dans un domaine qui les intéresse avec tout le support technique et humain nécessaire pour acquérir ou parfaire leurs compétences.

Connaissez-vous des initiatives semblables du côté francophone? Faites-le nous savoir en communiquant avec nous.

* DigitalThink : Fondée en 1996 à San Francisco, DigitalThink est une jeune entreprise qui offre des cours exclusivement par Internet : plus de 80 000 inscriptions depuis janvier 1997; un répertoire d’une centaine de cours totalisant plus de 1 500 heures de formation entièrement par Internet; des dizaines de nouveaux cours constamment en développement; un actif de plus de 20 millions de $US.

Pour en savoir plus sur la formule ou pour s’inscrire au Beta Program.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné