Articles

Littératures orales africaines : l’Araignée sur la toile

Par Louis-Martin Essono , le 18 septembre 2001 | Dernière mise à jour de l'article le 03 septembre 2012

À la rescousse des bibliothèques qui brûlent

À l’heure des rentrées scolaires, les enfants des villages retrouvent la ville pour entrer dans les salles de classes; Ceux-là sont chanceux, parce que lors des vacances, les parents ont pu leur dire des contes, donner des proverbes, initier aux chansons du pays. Les citadins n’auront pas cette chance. Ils ne connaissent que l’arithmétique et la table de multiplication. L’Histoire de Napoléon ou de la Gaule. Certains autres enfants, voire certains adultes, n’ont pas eu de parents. Les vieux s’en vont, ils s’en sont allés, morts ou oubliés par la télévision, la radio qui ne parlent que la langue des toubabs.

Pour venir au secours de ceux-là, un site nouveau vient de faire son entrée. Qui compte les contes. Qui évoque les comptines. Qui tisse la toile. Car, comme ailleurs Koulou la sage tortue, Leuk le lièvre ou la rusée hyène, voici qu’ici, vers le Golfe du Bénin, c’est l’araignée, la tisseuse de toile, qui sera l’héroïne. En effet, l’Araignée est le grand protagoniste des contes; elle joue le personnage plein de ruse, ingrat, insatiable. C’est d’ailleurs pourquoi le proverbe dit : le fil ne termine jamais dans le ventre de l’araignée.

Pour aider à la sauvegarde de la mémoire des peuples, et aussi à la mémoire de la parole, le conte traditionnel est récité. Par coeur. Selon l’ingéniosité créatrice et imaginatrice du conteur. Ce temps s’achève. La Toile arrive. Avec justement l’Araignée que vous trouverez avec saveur dans afrocom. Le site comporte quatre rubriques, comportant chacune des sous rubriques. 

Au bout du conte avec, en prime, l’Oraliture et surtout l’enfance heureuse qui vous conte son enfance et vous enlace dans le jeu des devinettes. Le petit Ogubi vous annonce d’emblée que le jeu de devinette est un moyen, pour nous autres enfants, de découvrir le conte après avoir maîtrisé la devinette qui est plus courte que le conte. Le jeu de devinette se passe la nuit ; son but est de permettre à tous les enfants de mon âge de découvrir notre environnement et la façon dont les parents de nos parents ont interprété le monde. Pour jouer à la devinette, on pose une question qui peut être un mot ou une idée. L’enfant que je suis est tenu d’écouter attentivement(quelque fois les yeux fermés) la question.

Outre ces devinettes et autres inventions, la rubriques comporte aussi une Contrebassine, une berceuse, Le Lance-pierre perdu et La cuisine. Courez-y vite.

La deuxième rubrique est intitulée Sentiers des Arts. Elle est consacrée aux art plastiques focalisés malheureusement sur un seul artiste togolais qui s’égare entre la tradition et la modernité, à la visite de musée, à la musique et au Cinéma. Mais la rubrique, encore en construction, est réservée à la formation à travers le Crac, le Centre Régional d’Action Culturelle. La dernière rubrique voue envoie dans l’Au-delà. Vous resterez quand même encore ici en consultant ou en écoutant dire cet au- delà par le biais du necronet et du Devin web. Ces deux dernières rubriques sont décevantes et sont trop personnalisées. Si c’est dommage pour un si beau titre -in cauda venenum- reconnaissons que c’est une expérience togolaise très encourageante.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné