Articles

La clé des succès des écoles et des programmes, ce n’est pas la formation à distance, mais ça peut en faire partie.

Par Thot , le 06 décembre 2008 | Dernière mise à jour de l'article le 08 décembre 2008

Quelques-unes des qualités de la formation à distance sont d’être accessibles de partout et en tout temps et aussi d’offrir un menu suffisamment large pour combler différents besoins et attentes sans devoir forcer tout le monde à suivre le même cheminement.

 Donc, il s’agit d’un outil de plus pour les étudiants talentueux, pour les étudiants en difficultés, pour faire face aux besoins de formation professionnelle des professeurs et aussi servir comme ressource de support aux étudiants.

La formation à distance, ici et là

Les résultats exceptionnels de l’école Bellevue dans l’état de Washington aux États-unis dans les domaines des mathématiques et dans tous les programmes en général, ont permis de constater que les outils de formation à distance étaient utilisés, parmi d’autres.

Oui, ils ont placé tout le programme sur Internet, accessible aux étudiants, professeurs et parents. Les professeurs peuvent aussi y ajouter des contenus, qui sont alors utilisés par d’autres professeurs de toute la région qui enseignent le même programme, etc.

Tout ça, il est facile de le comprendre. Ce qui l’est moins, c'est pourquoi cela fonctionne aussi bien dans cette région et pas autant ailleurs.

C’est que cette école considère qu’il est important que tous ses étudiants relèvent le défi. Pas seulement les meilleurs. Elle offre évidement le support pour ceux qui réussissent bien, mais aussi à tous ceux qui luttent et s’escriment à essayer. Elle encourage la persévérance par différents moyens. Comme les difficultés des étudiants sont liées dans plusieurs matières, les résoudre dans une aura nécessairement des effets dans les autres.

 Les succès frappants peuvent en apparence être attribués à trois choses :

  • Un programme d’enseignement bien défini et articulé;
  • Des opportunuités de développement professionnel et de collaboration entre les professeurs;
  • Un haut niveau de support pour les étudiants en difficulté ou simplement moins performants.

L'intention

Mais ce qui apparaît comme le véritable déclencheur n’a que peu à voir avec ces façons de faire, qui pourraient être différentes ailleurs, mais a tout à voir avec le désaccord complet de se satisfaire d’un taux médiocre de succès.

 En 2003, 49 % des étudiants réussissaient à atteindre le niveau «aisance» (proficient) en mathématiques aux examens d’état, qui est le niveau élevé.  En 2007, 73 % l’atteignaient.

Entre les deux, il s’est passé quelque chose.

Excelling against the Cultural Tide

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné