Articles

Les jeux sérieux, pour les petits Africains aussi

Par Thot , le 19 mai 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 20 mai 2012

Le soir au village, dans un beau clair de lune, les petits écoliers de brousse révisent leurs cours. La lune est suffisamment claire, plus claire que les langues fumeuses et étouffante d'un feu à la lumière  vacillante, servant de candélabre pour la lecture des cahiers où sont contenues les notes susceptibles de servir, les jours prochains, lors des compositions de passage en classe supérieure ou lors des examens officiels.

Dans la tête de ces bambins de la forêt ou du sahel, les jeux et l'étude sont clairement dissociés. Pourtant, leurs parents et grands-parents n'ont-ils pas acquis une large part de leurs compétences sociales, mathématiques, de logique... à travers des jeux de société très sophistiqués ? Eux-mêmes, savent-ils encore jouer à l'awalé ? Quels jeux même on va prendre pour apprendre ? On aimerait entendre cette phrase plus souvent...

Dans les pays du Nord, se développent à toute allure des "jeux sérieux", qui ont pris la suite des jeux éducatifs en boîte. Pour comprendre ce qu'est un jeu sérieux, il faut avant tout le définir. Voici une définition du jeu sérieux (serious game en anglais) issu de ce guide que nous vous avions présenté. "La vocation d’un serious game est d’inviter l’utilisateur à interagir avec une application informatique dont l’objectif est de combiner des aspects d’enseignement, d’apprentissage, d’entraînement, de communication ou d’information, avec des ressorts ludiques et/ou des technologies issus du jeu vidéo." (Serious games Advergaming, edugaming, training… ? Laurent Michaud, juin 2008)

Des jeux sérieux pour les plus jeunes

Aujourd'hui, Internet est inondé de sites ludo-éducatifs qui permettent l'instruction et l'éducation des enfants par le jeu. Thot Cursus suit ce secteur de très près, et vous propose son désormais célèbre répertoire des jeux sérieux gratuits, dans lequel figurent près de 150 jeux d'apprentissage sur une multitude de sujets, pour tous les âges et qui ont tous été testés par nos rédacteurs.

Mais partons à la découverte des jeux sérieux pour les plus jeunes.

J'ai longuement travaillé sur tralala.net (site payant) pour ses ressources multilingues, mais surtout, entre nous, pour les chansons de Henri Dès qui me rappelaient de bons petits moments avec les enfants et qu'on écoutait autrefois sur les disques 33 tours.

Le site internet de l'Espace Public Numérique de Mons en Belgique, propose pour le pays, une sélection de sites de jeux éducatifs ou exerciseurs gratuits pour motiver les enfants à réviser leurs matières. Les sites dédiés sont peut-être une motivation pour ces “digital natives”.  Ils sont en tout cas adaptés à des enfants d'école maternelle ou de primaire.

En explorant les sites proposés, j'ai été particulièrement impressionné par ieducatif à cause de sa richesse et de sa conception, le site est très sobre. Les autres lui sont thématiquement proches et présentent des avantages immenses en termes de ressources. En réessayant Les jeux de Lulu, je n'ai plus voulu l'abandonner, vu le nombre d'exerciseurs disponibles : jeux de logiques, jeux de maths, jeux de mots, jeux d'orientation...

Les "digital natives" ? Une expression bonne pour les pays riches !

La vogue des jeux sérieux exploite immodérément le fait que nos enfants sont nés avec la souris à la main, que ce sont des "digital natives", ou natifs numériques. Mais de quels enfants parle t-on ? Les nôtres ont le même âge que les vôtres, sont aussi curieux et malins, mais la plupart d'entre eux n'ont jamais vu d'autres souris que celles qui courent dans les ruelles et sous les tas de bois... Cependant, regardez la photo qui illustre cet article : le petit Moubarak, 4 ans, sait déjà très bien à quoi ressemble un ordinateur... même s'il doit se contenter d'un boîtier de CD.

À l'heure où se préparent les examens, quelques écoles de la ville, de plus en plus dotées de centres multimédias connectés à Internet, parviennent à destresser les élèves en les laissant utiliser les ordinateurs, y compris pour jouer. Ceci dit, chez nous, Internet est largement plus utilisé pour apprendre et s'informer que pour s'amuser. Notre contexte dicte nos priorités. Ainsi, les élèves qui préparent le Certificat d'Études Primaires et qui, en même temps, se préparent à affronter le concours d'entrée en classe de Sixième, se précipiteront-ils plutôt sur les sites permettant de réviser ses conjugaisons que sur des sites de jeux. Et c'est là que nous, enseignants, animateurs TICE, devront être assez fûtés pour leur montrer les sites ludo-éducatifs qui leur permettront d'apprendre tout en jouant.

Comme toujours, les profs congolais, sénégalais, maliens, camerounais, togolais, burkinabés... se retrouvent bloqués dans l'utilisations de ces ressources toutes produites ailleurs. Elles ne sont pas toutes conformes aux programmes locaux. Et il est trop tard (pour cette année du moins) pour les concevoir. Ils critiquent l'absence d'initiatives des Inspections, celle des services pédagogiques numériques, le manque d' appareils, de formation, de ceci, de cela. Ce qui montre que la politique des TICE pourtant clamée, n'a toujours pas de suite immédiate. Elle serait pourtant une voie fort intéressante pour l'amélioration et la diversification de nos méthodes d'enseignement.

Incitons au moins les parents et les frères et soeurs plus âgés à offrir, de temps en temps, une heure d'Internet aux petits, afin de leur faire découvrir ces jeux qui concilient plaisir et apprentissage. 

Mahamadi Rouamba, auteur du blogue TICanalyse, nous a autorisés à utiliser la magnifique photo qui illustre cet article. Nous le remercions chaleureusement et vous invitons à visiter son blogue consacré à l'utilisation des TIC en Afrique francophone.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné