Articles

Technologies éducatives : ça passe ou ça casse ?

Par Tété Enyon Guemadji-Gbedemah , le 13 octobre 2008 | Dernière mise à jour de l'article le 15 octobre 2008

Tout ce qui est technologique intéresse automatiquement les étudiants. Un préjugé qui motive beaucoup d'innovations introduites aujourd'hui par certains enseignants dans leurs pratiques de classe.

Un préjugé qui s'avère faux pour peu que l'on prête attention aux résultats de ces innovations ; au lieu d'en attribuer les échecs à d'autres facteurs.

C'est ce qu'a réalisé Annie Olivier dans sa classe et qu'elle nomme très bien « l'affaire Netvibes ».  Cette enseignante a décidé d'intégrer l'outil Netvibes dans son cours d'Actualités des arts et vie culturelle.

Le résultat : une déconfiture. Dans un récit paru sur Profweb, elle revient sur cette expérience et propose trois éléments d'explication de cette situation.

L'intégration des technologies dans l'enseignement et l'apprentissage doit être soumise à trois préalables :

  • S'assurer d'un certain niveau de maîtrise de la démarche de recherche d'informations sur Internet par le biais d'ateliers préparatoires.
  • Réaliser une analyse comparative des différents outils utilisés par les étudiants avant d'arrêter notre choix sur un en particulier.
  • S'assurer que l'outil rejoigne le profil des étudiants ciblés.

Annie Olivier tire cette leçon sur laquelle devraient insister tous les promoteurs de l'intégration des TIC dans l'enseignement : ne jamais oublier, d'abord et avant tout, de se demander si l'outil proposé correspond réellement au profil de mes étudiants et ce, même si l'intégration de cet outil dans la stratégie pédagogique est « théoriquement » logique et attrayante...

L'affaire Netvibes... ou l'importance de proposer des outils technologiques intéressants, uniques et utiles

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné