Articles

Une image vaut mille mots ? Oui, mais...

Par Christine Vaufrey B , le 24 janvier 2011 | Dernière mise à jour de l'article le 24 avril 2012

Il vous est sûrement arrivé de vous lancer dans la rédaction d'un courriel long et complexe et d'arrêter en plein milieu en vous disant : "Ok, je vais l'appeler, ce sera plus simple".

Car les mots écrits ne peuvent pas tout traduire : les situations complexes qui font intervenir de nombreux éléments simultanément, les émotions violentes et parfois contradictoires, les nuances... Ou plutôt, ils pourraient, si nous étions de meilleurs rédacteurs, et si nos lecteurs avaient la patience de nous lire attentivement jusqu'au bout.

Face à cette limite, deux solutions : l'oral d'abord. Ce qui est difficilement explicable à l'écrit l'est mieux à l'oral. Toute la dimension non verbale permet d'exprimer ce qui ne se dit pas, et la souplesse de l'expression orale autorise bien des raccourcis, des retours en arrière, des elipses, guidées par les réactions de l'interlocuteur. A condition de l'écouter, bien entendu.

L'image ensuite. On le répète jusqu'à l'écoeurement : une image vaut mille mots ! Alors, place au schéma, à la carte, à l'illustration humoristique. Les dessins de nos humoristes préférés, en une des principaux quotidiens nationaux, en disent beaucoup plus et surtout beaucoup plus vite sur les sujets brûlants de l'actualité que les articles fouillés que nombre de lecteurs renoncent à lire in extenso. Ils frappent l'esprit par leur dimension carricaturale, moqueuse, qui dénote un petit franchissement de frontière fort apprécié.

L'infographie profite de notre goût grandissant d'individus pressés pour l'image. C'est également le cas pour les vidéos "in plain english" désormais traduites en plusieurs langues, qui expliquent simplement les princpaux concepts et outils phares du Web 2.0. Ces vidéos montrent que le texte et l'image se complètent et sont interdépendants dans le mécanisme explicatif.

Que vaut une carte sans légende ?

On voit le même phénomène à l'oeuvre dans ces excellentes cartes des stéréotypes mondiaux. Le texte donne ici toute sa saveur à l'image, bien plus que les couleurs accordées aux différents pays. Dommage que ces cartes n'existent qu'en anglais... pour le moment, mais avec quelques mots et un solide dictionnaire, il y a de quoi passer un bon moment !

La carte géographique est une puissante métaphore, comme nous l'avions déjà noté dans cet article. Mais il est des cartes qui ressemblent à des "métaphores au carré" : elles empruntent à une forme géographique qui est elle-même la métaphore d'un pays rêvé... C'est le cas de cette fameuse carte de l'influence comparée des réseaux sociaux ramenée au nombre de leurs abonnés (voir ci-contre), réalisée par l'agence Flowtown. Cette carte est directement inspirée de la carte du Seigneur des Anneaux, comme le repère avec sagacité Yann Leroux. Une certaine culture contemporaine est ici à l'oeuvre, mais ne pas la posséder n'empêche pas d'accéder au premier niveau de lecture de la carte des réseaux sociaux, à savoir leur "surface" comparée dans le monde du Web.

Quel rapport tout ceci a t-il avec l'éducation, où règnent en bonne intelligence l'écrit abstrait et les austères schémas et cartes ? Un rapport évident. Il paraît... que nos élèves perdent en concentration (mais les avis sont partagés sur la question). Il paraît... qu'ils accordent de moins en moins de temps à la lecture et se gavent de vidéos sur Internet. Il paraît... qu'il faut désormais leur faire faire des schémas et autres cartes mentales pour qu'ils puissent exprimer leur créativité et représenter à leur tour la complexité des choses.

D'où la vogue des cartes mentales qui comportent bien des avantages mais ne sont pas aussi évidentes qu'il y paraît au premier coup d'oeil à mettre en oeuvre. C'est ce que montre très bien ce dossier de Profetic qui, tout en soulignant la qualité des apprentissages acquis grâce à l'utiisation de cet outil (apprentissages signifiants, aide à la structuration des connaissances, outil qui favorise la pensée réflexive...) indique également que les élèves ont des difficultés à qualifier les relations entre les concepts et connaissances. C'est effectivement l'étape la plus complexe, qui mobilise un vocabulaire à la fois riche, précis et abstrait. PLus encore, "Ces difficultés sont dues au fait que bien qu’habituellement nous percevions les relations, nous ne les conceptualisons pas nécessairement, à moins d’y être contraints par la situation ou par la tâche".

Voilà donc le point dur sur lequel nous achoppons, une fois passée la compréhension immédiate de la représentation graphique et le niveau descriptif. Une utilisation optimale de la représentation graphique, qu'il s'agisse de sa production ou de sa lecture, passe par un sérieux apprentissage de la conceptualisation, "une éducation à la représentation, à l’analyse visuelle, à la synthèse graphique dont nos pratiques et notre éducation nous éloignent de plus en plus", dit Hubert Guillaud dans un article intitulé Où est passée la puissance de la pensée visuelle ?

Nos pratiques et notre éducation nous éloignent-elles vraiment "de plus en plus" de cet apprentissage ? Clairement, l'éducation à l'image n'est pas à l'ordre du jour, hormis peut-être dans sa dimension artistique, dans les programmes scolaires. Il nous revient donc de faire nous-même notre éducation, et une liste de ressources comme celle-ci ne sera pas inutile, même si on aimerait que les arts graphiques y soient mieux représentés et qu'y figurent également des ressources pour la création graphique.

Mapping Stereotypes - La géographie des préjugés. Alphadesigner.com

Un bon exemple de travail de métaphorisation des digiborigènes. Psy et Geek, Yann Leroux, 7 août 2010

Logiciels de construction de cartes de connaissances : des outils pour apprendre. Dossier technopédagogique, Profetic

Où est passée la puissance de la pensée visuelle ? Hubert Guillaud, Internet Actu, 23 octobre 2010

Sites pour l'éducation à l'image. Sur l'image.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné