Articles

France-Afrique : une fertile coopération en formation à distance

Par Louis-Martin Essono , le 06 octobre 2001 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

L’Agence Edufrance qui relève du Ministère français de l’Éducation nationale et la FIED, la Fédération Interuniversitaire de l’Enseignement à Distance en France publient depuis peu, un bulletin sur la formation ouverte et à distance. Le deuxième numéro de cette publication est un Spécial Afrique, sobre et correct qui présente les activités réalisées au cours de l’année scolaire qui s’est achevée.

Il est remarquable que l’Afrique intéresse désormais en matière de formation à distance. Sans doute, le besoin d’alphabétisation et d’éducation de base y sont pour beaucoup dans cet engouement. En 2000, Thot avait proposé deux éditoriaux consacrés à la formation à distance en Afrique. La revue francophone Syfia proposait pour Bamako2000, un numéro entièrement consacré aux utilisation de l’Internet en Afrique. Au cours de cette même année, le groupe esc de Toulouse réservait son numéro 37 à la formation à distance en Afrique et aux usages que l’on y fait des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication.

Voici la lettre Internationale qui offre à ses lecteurs, en version pdf, un spécial Afrique dont l’éditorial présente la coopération avec la France par l’intermédiaire de l’université de Franche-Comté. Il s’agit d’une décision de la république de Djibouti d’entreprendre la formation des professeurs de math en utilisant le système de l’EAD sur le modèle de MIAS mis en place à Besançon. Les contenus, fournis par le Centre de télé-enseignement de Besançon, étaient appliqués en tutorat présentiel à Djibouti. L’expérience, heureuse, mène aujourd’hui à la création d’un Pôle Universitaire de Djibouti qui offrira des formations diversifiées.

Outre l’éditorial, on lit la formation du D.U en coopération entre le Résafad et l’Université du Mans déjà présenté dans Thot. L’Afrique rejoint la France dans une coopération entre l’Université de Lille III et la Namibie. Une mission d’experts français a séjourné dans ce pays anglophone pour présenter le système éducatif français en matière de fàd et l’y introduire éventuellement sur l’enseignement du Fle, sur la formation initiale des enseignants et l’utilisation du multimédia. Le bulletin propose également un rapide compte rendu sur le partenariat entre les institutions françaises de formation à distance et quelques pays africains dans le cadre d’une évaluation des télé-séminaires diffusés par le centre de formation à distance de la banque mondiale à Paris et pour mettre en place de nouveaux programmes.

Si ce numéro s’intéresse à l’Afrique, il se réduit à des rapports de missions effectuées par des organismes français ou multilatéraux. Son volume (4 pages) ne lui permet pas de s’appesantir sur des problèmes fondamentaux de l’Afrique et aucune analyse n’enrichit la situation de la formation à distance en Afrique. L’appel à l’expertise locale (Sénégal, Cameroun Côte d’Ivoire, Bénin, Togo, etc.) aurait aidé à revêtir ce numéro spécial d’un cachet plus naturel.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné