Articles

Faut-il bannir Outlook, Word et Windows pour travailler en sécurité ?

Par Martine Jaudeau , le 22 octobre 2001 | Dernière mise à jour de l'article le 21 août 2009

Nous avons déjà parlé de l’attaque des virus par messagerie électronique qui appelle au boycott : les solutions propriétaires payantes montrées du doigt.

Ce débat continue et s’amplifie pour interroger aussi les centres décisionnels.

Le mardi 9 octobre 2001, dans Le Devoir, nous trouvions un article de M. Dumais se demandant si on devait bannir Outlook pour vivre en sécurité et celui-ci ne parvient pas à se décider.

Une lettre publiée le 13 octobre 2001 dans "Le Devoir" version papier (les lettres aux lecteurs ne sont pas disponibles dans la version électronique du Devoir) s’intitulait "Word et Outlook" :

Il ne suffit pas de bannir Outlook mais aussi la suite Office au complet, et aussi Window’s, pour vivre en sécurité. Depuis le fameux bogue du port 138 en 1996, il ne se passe pas une semaine sans qu’il y ait un nouveau trou de sécurité dans les produits Microsoft. Pendant que M. Dumais parlait d’Outlook, on apprenait que les produits Excel et PowerPoint peuvent ouvrir des fichiers avec des virus et des macros sans avertissement, et ce, même si les macros sont désactivées. Le problème, avec les produits Microsoft, est un problème de monoculture. Comme en agriculture, on finit par avoir des virus résistant aux antivirus. (Denis B Bergeron)

Cette lettre, diffusée sur la liste Edu-ressources, générait le commentaire suivant :

Trois remarques:

  • 1. ne cédons pas au simplisme en jetant le bébé avec l’eau du bain (je n’ai pas d’actions MS, je le précise!)

  • 2. à ma connaissance, on n’a pas encore créé de virus résistant aux logiciels antivirus (je travaille dans un service d’informatique & multimédia); comparaison n’est pas raison...

  • si un jour nous utilisons tous Linux, on se retrouvera dans la même situation de quasi-monopole qu’avec MS

  • Ne faisons pas de conclusions simples à partir de situations compliquées. Et si on a un logiciel antivirus à jour, on ne risque pas grand-chose. Gérard COBUT

En réponse sur la même liste :

Petite précision: Linux est du domaine public. Il appartient donc à tous. Il n’y pas de licences à payer. C’est un logiciel système ouvert... Étant du domaine public on ne peut pas parler de monopole. Ce n’est pas la même chose que le domaine privé. Les argents du système public (votre argent, mon argent) doivent-ils servir à enrichir les monopoles privés.?.. surtout si une solution publique existe... L’investissement dans le public enrichit le public de par son ouverture système. Installer Window’s dans une école publique par exemple , c’est mettre des sous directement dans les poches de Bill Gates...et ça coûte 8 fois plus cher qu’une solution Linux... qui a intérêt à ne pas parler de cette possibilité...? Réal Gingras/Profenligne

Le bulletin du Café pédagogique relayait aussi récemment cette information :

À propos de Word et Outlook : "Il est quand même très inquiétant que 80% des virus se répandent à travers les logiciels de Microsoft", déclarait il y a peu Monika Griefahn, présidente de la commission parlementaire pour la culture et les médias au Bundestag. Il est principalement fait allusion ici aux deux produits phares de Microsoft que sont Outlook (en utilisant notamment le carnet d’adresses de l’utilisateur) et Word (en passant souvent par les macros). Mais saviez-vous qu’il existe de réelles et gratuites alternatives à ces deux logiciels ?

Pour le client de messagerie

Pour le traitement de texte

Qu’on se le dise !

Les utilisateurs de Windows sont bombardés de virus de toutes parts (de 45 000 à 50 000), les usagers de Macintosh sont pratiquement à l’abri de ces intempéries puisqu’on en compte une centaine tout au plus et presque aucun chez les usagers d’Unix et de Linux (lire la trousse d’urgence pour les virus informatiques).

Et pour les non-convaincus la page de Microsoft France donnant les informations liées au virus Sircam (seulement) répandu par Outlook, ainsi que les actions à mettre en oeuvre pour l’éradiquer, en fonction du système d’exploitation Windows que vous utilisez.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné