Articles

Encourager l’innovation : le défi des systèmes éducatifs

Par Martine Jaudeau , le 01 octobre 2008 | Dernière mise à jour de l'article le 22 octobre 2008

Chaque pays a ses propres manières de mises en oeuvre de l’innovation.  Les Pays-Bas, par exemple, ont lancé Innovatieplatform, un portail de l’innovation issu du partenariat entre entreprises et universités.

Frans Leijnse, de l’université ouverte des Pays-Bas Open Universiteit Nederland, dénombre les défis des universités à encourager et nourrir l’innovation.

Favoriser l’innovation tient à la combinaison de plusieurs facteurs :

  • la qualité des ressources humaines
  • l’application du savoir et de la technologie
  • des processus plus démocratiques et moins exclusifs
  • la coopération, le réseautage et l’ouverture

Il rappelle que l’innovation sociale est un prérequis à l’innovation technologique. Il s’agit en somme de développer un système flexible d’apprentissage toute la vie pour les professionnels basé sur des ressources éducatives ouvertes, des cours sur mesure modulables, et propulsé par la demande de connaissance et d’apprentissage plutôt que par les subventions gouvernementales affectées. Ainsi les systèmes universitaires auront une chance de survivre.

Pour Begoña Gros, vice-rectrice de l’innovation à l’université ouverte de Catalogne, l’innovation est cruciale et résulte d’un rapport étroit avec la recherche.

Elle décrit les différentes phases de l’e-learning selon qu’il est centré sur (1996) le contenu, (2006) l’utilisateur, (2008) les activités. Aujourd’hui, les formats sont vivants, les environnements virtuels profitent des réseaux sociaux du web 2, les évaluations des eportfolios. L’apprentissage est immersif dans les jeux et simulations. L’interaction s’épanouit en communauté de pratique et en apprentissage mobile.

Mais comment convertir l’innovation en e-learning dans les pratiques des universités ? Selon Pekka Kess, de l’université d’Oulu, Finlande, qui confie avoir obtenu son deuxième doctorat à distance de HongKong, la tâche est ardue.

Comment appliquer un système de qualité dans un univers où chaque professeur a la liberté d’enseigner comme il le veut ? Comment changer la culture de l’université en prévision à quarante ans quand la technologie change si rapidement ?

La qualité est subjective et on peut lui préférer la productivité, adoptant ainsi un autre angle de vision. C’est une affaire de décision et de politique.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné