Articles

Cameroun : Modibo Diarra vend des logiciels Microsoft à 5 dollars***

Par Louis-Martin Essono , le 01 janvier 2008 | Dernière mise à jour de l'article le 22 octobre 2008

Le Cameroun a reçu pour la deuxième fois le savant qui travaille à la Nasa, mais surtout l’actuel président de Microsoft Africa. Cette sommité scientifique a rencontré beaucoup de hautes personnalités politiques et universitaires pour établir des contrats qui visent à la vulgarisation des outils numériques et qui apportent par-dessus tout le développement à de meilleurs coûts.

À Yaoundé, la capitale politique camerounaise, ce sont les élèves d’un des collèges privés catholiques, le Collège de la Retraite, qui étaient éblouis de voir de si près un astronaute, homme capable d’aller sur la lune (sic) et d’en revenir normal. Et de parler si simplement. Le retour sur terre a été merveilleux puisque s’inaugurait officiellement, ce 14 décembre 2007, le centre multimédia de l’établissement avec 40 ordinateurs reliés à Internet.

La Soeur principale a sollicité de M. Diarra, président de Microsoft Afrique un rabattement de près 75% du prix des produits Microsoft, vu leur prix hors de portée et l’établissement d’une convention entre Microsoft devant permettre aux élèves de bénéficier de bourses, de stages, et de logiciels. Dans le même sens, l’Archevêque de Yaoundé, Responsable institutionnel du Collège, a déploré le ratio d’utilisation du centre multimédia qui est de 1 ordinateur pour 300 élèves. Il a souhaité voir la bande passante actuelle passer de 128ko à 256Ko.

Modibo a promis d’instruire son organisation pour faire vendre les logiciels à des prix n’excédant pas 5 $ US. Cette action s’inscrit dans le cadre d’une vulgarisation des Tice. En effet, le collège de la Retraite constitue le 15ème centre multimédia inauguré sur les trente qui sont déjà équipés à travers le Cameroun dans le cadre du programme "School connectivity".

Il s’agit d’une initiative de la Mtn-Foundation, en partenariat avec la Société Ad Come pour doter les écoles camerounaises d’un dispositif amenant les élèves à s’initier Tic. L’opérateur de la téléphonie offre 1% de ses bénéfices annuels et Ad Come réalise les Centres multimédias sur le terrain. Il est prévu d’établir près de 150 centres multimédias par an.

Ces centres viennent s’ajouter aux trente autres que l’État camerounais a déjà installés dans les lycées publics. On signalera également que les donateurs privés entreprennent les mêmes actions à travers le pays. Une telle entreprise devrait être encourageante. Mais on n’observe aucune cohérence entre ces actions, les programmes d’enseignement par les Tic, les contenus de cours, les méthodologies n’étant supervisés par aucune instance institutionnelle susceptible d’orienter la pratique des technologies éducatives.

Le Rocare, par le panaf interposé, tente aujourd’hui, à travers l’Afrique, de rechercher les moyens d’améliorer la qualité de l’enseignement par les Tic. Il faut cependant qu’une réelle perception de l’état des lieux soit dressée afin de faire fructifier ces opérations.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné