Articles

Les recommandations de l’Inde pour le développement de la formation ouverte et à distance***

Par Denys Lamontagne , le 22 octobre 2007 | Dernière mise à jour de l'article le 05 novembre 2008

Les recommendations du «Working Group on Open and Distance Education » de la «National Knowledge Commission» de l’Inde sont intéressantes à plus d’un titre.

D’une part parce que l’Inde fait face à des défis de très grande envergure : plus d’un milliard de personnes à éduquer et des moyens limités, d’autre part parce que l’Inde possède les ressources humaines et technologiques pour se servir des technologies à grande échelle.

Pour le «Working Group», il n’y a pas de doutes qu’un système de formation ouverte et à distance performant est crucial pour le développement et la gestion d’une société de la connaissance dans un pays aussi grand que l’Inde.

Le rapport identifie clairement les défis et difficultés, qui ne sont pas si différents des nôtres, et propose un modèle dynamique qui, on l’espère, apportera le changement important tant espéré.

Les recommandations peuvent paraître radicales; en fait elles proposent essentiellement de passer d’un système éducatif artisanal à un système moderne en réseau et d’un système d’évaluation ouverts aux arbitraires, où l’institution est juge et parti, à un système d’évaluation indépendant des institutions, basé sur des standards et les performances de l’apprenant.

Recommandations

  • Processus d’enseignement et d’apprentissage 
    • Convergence de tous les moyens de distribution pédagogique et le développement d’une éducation supérieure de qualité pour tous.  
    • Préséance de l’autonomie de l’apprenant par un système de banque de crédits qui est acceptable pour tous et un système de support des apprentissages qui permet à l’apprenant de choisir sa trajectoire pédagogique.  
    • Emphase mis sur des programmes orientés application et développement.  
    • Création d’un dépôt national de ressources ouvertes communes.  
    • Un système d’apprentissage distribué via un consortium d’institutions en réseau, des ressources communes et ouvertes et le passage à un système de crédits.  
  • Processus d’évaluation
    •  
    • Passage du système d’évaluation traditionnel, périodique et basé sur la mémoire à un système de test basé sur les compétences et habiletés.  
    • Système de gradation basé sur les crédits accumulés et les portfolios personnels de performance.  
    • Création d’un service national de test supporté par l’expertise de toutes les universités.  
  • Infrastructure
    •  
    • Compléter l’intégration des technologies de l’information et des communications pour permettre l’évolution de nouveaux processus : digitalisation, virtualisation, personnalisation de masse, réutilisation des objets d’apprentissage et e-gestion.  
    • Création d’un réseau robuste de formation et de formation continue des enseignants.  
  • Organisation et management
    •  
    • Création d’un Standing Committee on Open and Distance Higher Education sous l’Independent Regulatory Authority for Higher Education (IRAHE).  
    • Les services de test nationaux effectués de façon transparente par une institution indépendante.  
    • Création d’une banque de crédits (éducatifs) indépendante.  
  • Évaluation de la qualité
    •  
    • Combiner l’évaluation de la qualité par un corps indépendant externe et un contrôle de la qualité institutionnel pour le maintient des standards.  
    • Surveillance de la qualité des cours par correspondance actuellement offerts et leur amélioration.  
    • Passage d’une évaluation institutionnelle à une évaluation basée sur les performances de l’apprenant.

Pour le rapport complet : OPEN AND DISTANCE EDUCATION - Document .pdf

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné