Articles

L'Afrique malade de son université : La formation en ligne comme solution

L'Afrique du Sud accueille les universités africaines pour résoudre l'épineuse question de la formation dans l'Enseignement supérieur

Par Louis-Martin Essono , le 31 mai 2011 | Dernière mise à jour de l'article le 20 juillet 2011

Depuis le 30 mai, l'université sud africaine de Stellenbosc, en partenariat avec l'association des universités africaines l'AUA, accueille la  Corevip, la conférence des Recteurs et Présidents des Universités d'Afrique. Le thème de cette rencontre est particulièment important au regard du gros retard de l'Afrique relativement aux utilisations des technologies de l'information et de la Communication dans l'Ensesignement. Cette manifestation bisannuelle examine collectivement les thèmes identifiés comme des préoccupations communes et des priorités pour le développement de l'enseignement supérieur dans les institutions membres en particulier et l'Afrique en général.

Cette année, la réflexion concerne le Renforcement de l'Espace de l'Enseignement Supérieur en Afrique. Quatres sous-thèmes  alimentent les travaux avec des analyses qui proviennent des universitaires chevronnés :

  • Créer un Espace pour l'Enseignement Supérieur africain 
  • Le rôle des Tic dans l'Enseignement supérieur en Afrique  
  • Les Centres Régionaux d'Excellence 
  • Promouvoir l'Apprentissage à Distance. Pour ce dernier thème, il s'agira de mettre l'accent sur les ressources éducatives, sur la création d'universités ouvertes et sur l'utilisation de l'EOD dans les universités traditionnelles.

 

Les textes forts intéressants apparaissent tous, en francais et en anglais, dans la note conceptuelle élaborée en introduction la conférence et montrent, sans parti pris, le retard de l'Afrique dans ses activités et ses programmes pour un enseignement supérieur efficace.  Les solutions proposées pour chaque problème font voir que les Africains eux-mêmes émettent des idées qui attendent seulement d'être expolitées et mises en oeuvre. La coopération internationale avec les autres pays du Sud ou avec les pays émergents comme l'Inde, la Chine, la Corée, le Brésil constituent des pistes à élargir.

La richesse et les propositions sur la promotion de la Foad en Afrique est agréable à lire. On aurait pu cependant et avec beaucoup de bonheur les associer conceptuellement aux réflexions relatives aux TIC dans l'Enseignement supérieur.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné