Articles

La mémoire dans les nuages

Confier ses données les plus précieuses à des services tiers qui conservent tout ça sur de lointains serveurs est une démarche qui séduit un nombre croissant d'utilisateurs réguliers des outils numériques.

Par Christine Vaufrey , le 28 juin 2011 | Dernière mise à jour de l'article le 14 septembre 2011

Le stockage, la sauvegarde et l'archivage des données personnelles dans les nuages séduisent un nombre croissant d'utilisateurs réguliers des TIC.

De quoi parle t-on ?

Selon le blogue Axalot http://www.axalot.fr/blog/divers/sauvegarde-archivage-et-stockage-dans-les-nuages/ , les trois termes de stockage, sauvegarde et archivage de données ne sont pas équivalents :

  • Le stockage est la solution la plus simple, qui permet de libérer de l'espace sur la machine de l'utilisateur. Mais c'est à ce dernier de placer manuellement ces données dans l'espace de stockage.

  • La sauvegarde consiste en un enregistrement automatique et systématique, permanent ou réalisé de manière périodique, de tout ou partie des données présentes sur le disque dur de l'utilisateur.

  • L'archivage est une solution de stockage organisée, dans un but de conservation légale ou historique de documents administratifs ou de valeur.   

Dans cet article, nous parlerons essentiellement (mais pas uniquement) des services de stockage.

Mobilité, partage, synchronisation

Des solutions de stockage telles que Drop Box ou Box.net permettent en effet de centraliser ses données sur un serveur, d'y accéder depuis n'importe quel appareil connecté à Internet, de les partager avec d'autres utilisateurs et de gérer les accès, le tout pou un coût modique ou même gratuitement, puisque tous les services spécialisés proposent désormais au moins 1 Go d'espace de stockage gratuit.

Ces solutions sont bien adaptée aux utilisateurs mobiles, qui ne travaillent pas toujours sur le même poste. Elles facilitent également le travail collaboratif dans la mesure où tous les participants ont accès aux mêmes versions des documents et peuvent les modifier ou en ajouter de nouveaux sans passer par le fastidieux envoi de pièces jointes qui sature les boîtes de courriel. Enfin, elles limitent le risque de perte de données dues à un crash informatique sur le matériel de l'utilisateur.

Bien entendu, des questions demeurent face à ces nouveaux services si séduisants. Un article publié sur Educause dresse la liste des interrogations qui demeurent :

  • La sécurité : comment avoir la certitude que les données personnelles ne seront pas exploitées par des tiers ? En la matière, les dénégations vigoureuses émises par les responsables des Google Apps par exemple ne suffisent pas à ôter le soupçon de la tête de ceux qui préfèrent tout avoir sur leur propre machine.

  • La législation : certains pays n'autorisent pas le stockage de données hors de leurs frontières. Ce qui interdit de faire appel à des compagnies qui stockent les données sur des serveurs distants, répartis autour de la planète et sans lien systématique avec le lieu de résidence de l'utilisateur.

  • La pérennité d'accès : Les fournisseurs de services peuvent disparaître, être rachetés, ou tout simplement changer de stratégie commerciale. Comment alors l'utilisateur peut-il être certain de pouvoir récupérer ses données à tout moment ?

  • Le prix : les comptes personnels sont généralement gratuits, dans les limites d'un certain volume de stockage. Mais un utilisateur qui stocke de grandes quantités de données (ce qui est fréquent, compte-tenu par exemple du poids des fichiers vidéos ou mutimédias) peut se voir dans l'obligation d'acquérir des abonnements de plus en plus chers. S'il ne peut le faire, comment va t-il récupérer toutes ses données, ou les transférer sur un autre service ?

  • La technique : les applications de stockage de données dans les nuages scannent en permanence les appareils de l'utilisateur, à la recherche de nouveaux documents ou de nouvelles versions des documents existants. Cela provoque souvent des ralentissements notables des systèmes.

 

Néanmoins, les solutions de stockage de données dans les nuages trouvent de plus en plus d'adeptes. Notamment depuis que certaines d'entre elles assurent la synchronisation des données sur tous les appareils de l'utilisateur. La compagnie Apple a encore fait parler d'elle ces temps-ci, lorsque Steve Jobs est venu présenter la solution iCloud, qui stocke les contenus en ligne et les redistribue vers tous les appareils de la marque, assurant ainsi une mise à jour et un accès permanents aux données de toutes sortes.

Des services spécialisés

On peut alors s'interroger sur la facilité avec laquelle nous acceptons d'externaliser nos données personnelles, voire nos souvenirs. Deux applications françaises illustrent bien cette propension à confier à autrui les traces de son existence :

Memory-life (service France Telecom Orange) permet de réaliser des albums multimédias des traces de ses souvenirs personnels : SMS, films (nativement numériques ou numérisés), photos, lettres et vieux papiers... tout peut être scanné, numérisé, puis agencé à l'attention des proches. Le service est aussi accessible via une application mobile, ce qui permet de ne rien laisser passer de ses précieux moments de vie.

My archive box est un service d'archivage qui se charge de classer les papiers des utilisateurs, particuliers et professionnels : factures, bulletins de salaire, quittances de loyer, déclarations d'impôts, relevés de comptes bancaires... on peut tout envoyer en vrac au service, qui se charge de la mise en ordre des documents et met alors à disposition de l'utilisateur des dossiers qu'il lui appartiendra alors de continuer à remplir.

Sans aucun doute, ces services vont continuer à se développer. Nous produisons chaque jour plus de traces numériques, personnelles ou professionnelles. Nous voulons pouvoir y accéder à tout moment. Nous voulons pouvoir les partager. Les services de stockage, de sauvegarde et d'archivage en ligne ont donc encore de beaux jours devant eux, mais il revient à chacun de leurs utilisateurs de s'assurer qu'il reste bien le propriétaire des données ainsi confiées, et qu'il en aura donc toujours l'entière maîtrise.   

Illustration : Melvin Schlubman, Flickr, licence CC BY 2.0

 

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné