Articles

Entrevue avec Christophe Monnet de laclasse.com, plus grand ENT de France au secondaire

Par Denys Lamontagne , le 07 décembre 2009 | Dernière mise à jour de l'article le 20 mai 2016

Un bureau dépouillé sera le décor de cette entrevue : un ordinateur portable sur la table, trois chaises droites... un serveur accroché au plafond pour ne pas nuire; visiblement on a affaire à des gens d’efficacité.

D’office il convient de situer le projet laclasse.com dans l’administration française : il s’agit d’un projet du Département du Rhône, sous la conduite technique du centre Erasme, en partenariat avec le rectorat de l'académie de Lyon.

Pour mieux comprendre, disons qu'en France, au dessus du «Département» on trouve la «Région» et sous le département, les «collectivités locales» ou «Communes». La Région s’occupe des lycées et des universités, le Département des collèges et écoles secondaires et les Communes se chargent des écoles primaires. Enfin le Rectorat s’occupe des aspects pédagogiques et de la cohérence de tout le système.

Quant à Érasme,  il s’agit d’un centre d’expérimentation multimédia du département qui s’intéresse entre autres domaines, aux outils permettant d’intégrer le numérique dans les pratiques pédagogiques.

Justement, c’était la question première de cette entrevue avec M. Christophe Monnet, directeur de projet et développement des usages de l'ENT (Espace Numérique de Travail) laclasse.com.

Comment un projet comme laclasse.com, avec ses 11 années d’existence (fond. 1998) s’est-il intégré dans les pratiques scolaires ?

«Au delà des chiffres (32 000 comptes actifs, dont plus de 3 000 professeurs, 1,5 million de pages vues par mois), il appert que l’acceptation et l’utilisation de l’ENT dépend essentiellement des possibilités de développer des activités pédagogiques qui l'utilisent effectivement.

Autrement dit, l’adaptabilité de l’outil aux usages souhaités et aux usagers est une clé fondamentale; l’enseignement oriente les fonctions de l’outil plutôt que l’outil n'oriente les fonctions d’enseignement.  D’où l’importance d’une structure de recherche et d’innovation au service du développement de l’ENT pour les usagers.  Par exemple, une majorité des usagers se servent de la plate-forme pour le B2i (Brevet informatique et internet); nous avons amélioré l'ENT en conséquence. D'autres usages sont en évolution (forum, blogues, etc.) et le fait que nous travaillions en Open Source facilite les choses et nous affranchit des fournisseurs. Les économies en frais de licences annuels peuvent être réinvestis dans le développement.

Un ENT scolaire utilisé s’appuie sur les fonctions et les choix pédagogiques des usagers; il les accueille plutôt qu'il ne les impose. Le drame des ENT est qu’ils essaient d’être exhaustifs (regrouper tous les outils possibles) au lieu de simplement répondre aux usages pédagogiques désirés en classe.

Une partie du succès de laclasse.com tient à la volonté politique des élus et de l’Académie (L’inspection) d’aller en ce sens et non à une volonté purement administrative ou comptable.»

Les professeurs, les élèves, les administrateurs (qui comptent pour environ 10 % de l’achalandage) utilisent l'ENT; mais qu’en est-il des parents ?

«Les choix d'utilisation de l’ENT sont placés sous la responsabilité de chaque établissement. Actuellement, environ 50 des 165 établissements du département utilisent l’ENT. L’ouverture de l’ENT aux parents est aussi une décision de l’établissement.

Même si plusieurs enquêtes nous démontrent que les parents sont ouverts et clairement désireux d’accéder eux aussi à l’ENT, ne serait-ce que pour savoir plus directement ce qui se passe à l’école ou avec leurs enfants, rares sont les établissements qui leur ont ouvert l’accès. Ici encore, on n'impose pas, mais nous surveillons étroitement ce qui se développe et nous n’hésitons pas à faire connaître et à diffuser les initiatives réussies ou en cours.»

Vous proposez certaines ressources de formation. Quelle est la logique qui vous guide dans la décision de développer ou non une telle ressource ?

«Ce type de réalisation évolue; maintenant nous nous orientons plus vers des ressources qui font le lien entre ce que l’on trouve dans Internet et qui correspond aux différents programmes et les ressources réelles que l’on trouve dans le département.  Ce haut niveau d’intégration sauve beaucoup de temps aux professeurs et ouvre de nombreuses possibilités d’utilisation de l’ENT, au choix des professeurs.» (Voir : Les ressources en environnement)

Un ENT garde des traces de ce qui s’y passe. Quelle est l’utilisation qui est faite de ces données par les professeurs et les administrateurs ?

«Tous n’ont évidemment pas accès à toutes les données.  Un élève a accès à ses données personnelles, un prof à celles de sa classe, un administrateur à celles de son école, etc...  Même si cette pratique est récente, elle n’en constitue pas moins un des axes de l’intégration des ENT dans les pratiques.  Il est plus facile de cibler des actions personnalisées et efficaces, à tous les niveaux.»

On peut voir les statistiques générales des usages et déjà comprendre tout l’intérêt de ce genre de données dans l’orientation et les décisions de gestion aussi bien que dans les décisions purement pédagogiques.

La carte des usages est également fort intéressante.» ( Cliquez sur les points )

Dans l’administration d’un tel projet, qu’elle est l’activité la plus stratégique ?

«Outre assurer la qualité de service la plus élevée et fiable que possible et accompagner les usagers, l’entretien de bons rapports avec les institutions est sans doute l’élément stratégique le plus important et pourtant le moins évident.  Le respect en est à la base : respect des missions, des juridictions, des projets pédagogiques, des traditions et des pratiques.

On y revient de nouveau, il s’agit pour un ENT d’accueillir et non d’imposer.

 

La classe.com

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné