Articles

Un tutorat professionnel plus informel pour attirer les jeunes

Des initiatives et des réflexions mènent à une hausse de l'intérêt pour le tutorat informel

Par Alexandre Roberge , le 17 octobre 2011 | Dernière mise à jour de l'article le 18 juin 2012

La transmission inter-générationnelle des savoirs et savoir-faire professionnels est une nécessité absolue pour les entreprises occidentales, qui voient l'âge moyen de leurs salariés augmenter régulièrement. Les départs à la retraite vont donc libérer de nombreux postes.  Au Québec, par exemple, on sait que plus de 700 000 emplois seront à pourvoir d’ici 2014, particulièrement dans les métiers les plus traditionnels. Malheureusement, jusqu’à présent, la jeune génération ne semble pas attirée par ces métiers.

Mais que connaissent-ils de ces métiers ? Qui leur en parle, qui leur montre de quoi est fait le quotidien des travailleurs qui les exercent ? Les TIC pourraient-elles servir à un nouveau genre de communication ? 

La transmission informelle des connaissance facilitée par les outils du Web 2.0

 

La compagnie d’hydroélectricité Hydro-Québec a décidé de se tourner vers les nouvelles technologies non seulement pour faciliter la communication entre travailleurs, mais aussi avec le grand public. Ainsi, des employés peuvent utiliser des plateformes web de la société d’État pour parler de leur métier ou même filmer leur travail, afin d'intéresser les jeunes. Une initiative qu’Hydro-Québec encourage et que bien d’autres entreprises québécoises regardent d’un œil intéressé, car il pourrait bien s’agir d'un canal de communication décisif pour limiter l'impact des départs à la retraite qui interviendront dans les prochaines années.

Accompagner les gens dans l'acquisition de nouveaux savoirs et savoir-faire par le biais d'outils de communication informelle, voilà une idée qui intéresse non seulement les entreprises qui envisagent de recruter, mais aussi les entrepreneurs sociaux qui oeuvrent pour le bien commun. Dernièrement, une jeune entreprise de la province canadienne a créé une plateforme sociale bâtie à partir d’une idée simple : et si des gens en soif de connaissance prenaient un café avec des experts dans leur champ d’intérêt? Cette initiative (E-180), qui s’amorcera le 27 octobre prochain, permettra donc de mettre en contact les "offreurs" et les "demandeurs" qui pourront alors se rencontrer et échanger en toute convivialité. Ces rencontres détendues pourraient même avoir plus d'impact sur la vie de leurs protagonistes que l'apprentissage dans un cadre formel. Pour Christine Renaud, la créatrice de la société E-180, il faut redonner leur juste place à ces conversations informelles, qui peuvent avoir des effets décisifs. Le lien unissant les personnes, la réponse juste à un besoin immédiat sont des éléments qu'il est bien difficile de retrouver dans un cadre formel d'apprentissage. Pour l’instant, seule la région de Montréal est ciblée par E-180 mais si le succès est au rendez-vous, cela pourrait s’étendre à l’ensemble du Québec.

Formel ou informel, quelle est la meilleure forme de tutorat professionnel ?

 

Dans un cadre professionnel, on peut malgré tout imaginer que le tutorat formel demeure la meilleure façon d'accompagner un nouveau travailleur dans sa prise de fonctions. En fait, les tenants du tutorat formel et ceux du tutorat informel rivalisent d'argumentation pour défendre leur point de vue. Mathilde Bourdat, qui co-anime "Le blogue de la formation professionnelle et continue" (France) exposait les deux points de vue cet automne.

Dans le premier billet, elle expose l'opinion des « formalistes ». Ces derniers voudraient que le tutorat tel qu'il est habituellement pratiqué dans les entreprises soit mieux encadré et plus valorisé. Actuellement, le tutorat est souvent assuré par des salariés sur leur temps personnel, ces derniers ne sont pas évalués dans leur fonction de tuteur, ils ont souvent le sentiment de perdre du temps et de porter à eux seuls tout le dispositif de formation de celui qui bénéficie de leurs services. Ces observations largement partagées ont conduit les représentants de différentes branches professionnelles à établir des chartes et autres accords pour améliorer le tutorat en entreprises. 

Puis M. Bourdat laisse ensuite la parole aux tenants du tutorat informel, qui émettent de sérieux doutes sur l'efficacité de la rigidification des procédures de tutorat pour transmettre des savoir-faire. Elle cite, entre autres, la chercheure Susan Willis Amat qui estime que le tutorat est beaucoup plus efficace lorsqu’il est informel. Des liens amicaux se nouent entre l’apprenant et son tuteur ou mentor et la construction de savoirs devient alors plus souple et répond aux besoins de celui qui apprend. En résulte par conséquent un esprit de coopération plus grand, particulièrement si l'apprenti est ensuite embauché dans l’entreprise. De plus, ce dernier n'hésitera pas à devenir tuteur lui-même le jour venu, compte-tenu de son expérience positive. 

Pour Mme Bourdat, il n’y a pas de recette unique. Un tutorat formel peut être très efficace lors de la transmission de procédures ou de savoirs pratiques routinisés. Mais il doit être complété par une phase plus informelle qui permettra d’accompagner l’apprenti dans les situations inédites ou hors normes, de manière à ce qu'il sache comment construire ses propres solutions et trouver de l'aide.

Il n’y a donc pas de méthode miracle de tutorat. Cependant, l’apprentissage informel prend et prendra peut-être une importance croissante dans un monde 2.0 où les savoirs se propagent déjà en dehors des canaux éducatifs traditionnels.

Le site d'E-180

« La transmission des connaissances à l'ère du 2.0 », Stéphane Champagne, La Presse Affaires, 27 juillet 2011

« Boire un café avec un inconnu et apprendre : le pari d’une start-up québécoise », Florent Daudens, Sur le Web/Radio-Canada, 9 septembre 2011

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné