Articles

Écriture et aides technologiques*

Tout le monde a intérêt à utiliser les outils numériques pour apprendre à écrire. Revue de quelques applications et de leurs usages, du traitement de texte aux outils adaptés aux apprenants à besoins particuliers.

Par Christine Vaufrey , le 01 novembre 2011 | Dernière mise à jour de l'article le 30 novembre 2011

De nombreux enseignants estiment que le traitement de texte et d'autres applications numériques aident les enfants à apprendre à rédiger, bien plus qu'ils ne les en dissuadent. 

C'est manifestement le point de vue de Martin Gagnon, Richard Teissier et Lucie Paré qui publient le blog "Adaptation scolaire et TIC" sur le réseau Cybersavoir (Québec). 

Un billet daté du 25 octobre 2011 intitulé "Processus d'écriture et TIC" fournit plusieurs éléments de réflexion et outils pratiques aux enseignants pour utiliser de manière optimale les outils numériques dans le cadre d'un apprentissage de la langue écrite.

Le billet s'ouvre sur le schéma du "Processus d'écriture et TIC" (ci-dessus, téléchargeable en pdf) qui montre l'enchaînement des étapes de la rédaction, de l'identification du sujet jusqu'à la diffusion aux destinataires. On regrettera la présence des logos de produits connus plutôt que de fonctions pour désigner les outils numériques utiles à chaque étape, mais l'essentiel est là : à chaque étape du travail, les outils numériques peuvent être d'une grande aide.

 

Le traitement de texte, une aide précieuse dans l'apprentissage de l'écriture

 

Le billet propose ensuite un texte sur l'utilisation du traitement de texte dans le cadre de l'apprentissage de la rédaction. Les deux auteures, Martine et Lucie Paré, y argumentent sur les nombreuses valeurs ajoutées de cet outil vis-à-vis de l'écriture à la main et ce, aux différentes étapes du projet. Le traitement de texte aide à la correction et à la révision du texte. La fonction "grammaire et orthographe" introduit le doute dans l'esprit de l'apprenant et l'oblige à vérifier soigneusement son texte : "Dans le cas de la fonction « Grammaire et orthographe », les expressions soulignées ne comportent pas toujours d’erreurs et à l’inverse, certaines erreurs ne sont pas nécessairement relevées par le logiciel!  La réflexion appartient au scripteur, qui confirmera ou infirmera l’erreur soulignée. Il ne doit pas s’appuyer exclusivement sur la fonction du logiciel, puisque la subtilité de la langue dépasse souvent les capacités d’analyse de la machine…" Une autre fonction peu utilisée mais très intéressante est le "rechercher - remplacer". Plutôt que de rechercher laborieusement toutes les occurrences d'un mot qu'il réalise avoir mal orthographié ou utilisé mal à propos, l'élève peut faire réaliser l'opération par le logiciel, corriger une seule fois et voir toutes les occurrences bien écrites. 

Bien entendu, le traitement de texte est irremplaçable pour la mise au propre du travail. Pas de ratures, pas de flèches signalant les paragraphes à déplacer, pas de "bulles" comprenant les phrases à ajouter ! On sera plus réservé que les auteures quant à la mise en page finale du travail, les élèves aiemant beaucoup les fioritures qui gênent la lecture et ne sont pas du plus heureux des effets. La mise en page, cela s'apprend aussi.

 

Des outils au services des apprenants porteurs de handicaps

 

Le billet se poursuit avec une liste d'applications utiles à la rédaction. On s'arrêtera sur les outils gratuits particulièrement utiles aux élèves porteurs de troubles DYS (dyslexie, dysorthographie, dyspraxie) ou d'autres handicaps moteurs :

DICOM : un prédicteur de mots. Vous tapez les premières lettres, plusieurs suggestions s'affichent pour le terminer. Fonctionne sous Windows.

CHEWING WORD : encore un prédicteur de mots, mais ne proposant qu'une suggestion à la fois. L'originalité tient au fait que l'on peut accepter les lettres séparément, par petits groupes ou par mots tout entiers, en faisant des clics courts ou des clics longs. Cette application est multiplateforme.

THE FREE DICTIONNARY : ce dictionnaire multilangues en ligne propose la vocalisation des mots. 

Signalons que Dicom a été conçu par l'équipe du Centre Icom, aujourd'hui disparu, de Handicap International, qui avait pour mission de faciliter l'accès des personnes porteuses de handicaps aux TIC. La même équipe a égélement développé CLAVICOM, une application multiplateformes, qui permet de saisir son texte en cliquant sur le clavier à l'écran et de le voir s'afficher dans son traitement de texte. Ces deux applications sont présentées sur cette page, qui comprend aussi les liens de téléchargement.

Processus d'écriture et TIC, 25 octobre 2011, sur le blog "Adaptation scolaire et TIC", réseau Cybersavoir.

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné