Articles

Le pilotage des établissements scolaires par les données

Des tableaux de bord plus nombreux, des indicateurs mieux suivis, au plus près du terrain... le pilotage des établissements scolaires par les données gagne du terrain.

Par Christine Vaufrey , le 29 novembre 2011 | Dernière mise à jour de l'article le 02 juin 2016

Nombre de données chiffrées relatives à l'éducation dans les provinces, états et pays sont disponibles publiquement. Certes, ce sont la plupart du temps des données traitées, et pas des données brutes. Mais enfin, le public peut ainsi se faire une idée de l'état de son système éducatif, et les chercheurs ont pour leur part généralement accès aux données brutes.

Néanmoins, dans la mouvance du mouvement open data, des voix s'élèvent pour que les données chiffrées soient produites, disponibles et utilisées dans les établissements scolaires eux-mêmes, et pas seulement aux niveaux administratifs supérieurs. Puisque les établissements fournissent des données au système, ils devraient aussi pouvoir les exploiter, voire même en produire d'autres, plus adaptées à leurs besoins. Et ces données seraient d'autant plus intéressantes qu'elles seraient comparées, croisées avec celles d'autres établissements.

Une volonté d'harmoniser la collecte de données dans les établissements américains

 

Dans cette perspective, le gouvernement américain a soutenu la production du National Education Data Model, une application qui propose une architecture de collecte et de traitement de données. Une grande quantité de données standards est proposée, ce qui évite à chaque établissement de créer des catégories personnelles qui ne pourraient être partagées.

Mais pourquoi produire des jeux de données, comment les utiliser au niveau de l'établissement ?

Parce que, comme il l'est écrit sur le site opensource.com,  les données nationales sont loin de répondre à toutes les préoccupations des éducateurs. Par exemple, il peut être intéressant de connaître le temps moyen de transport des élèves pour venir en classe, ou de comparer les emplois du temps entre plusieurs établissements. Intéressant également d'avoir un compte précis des sanctions prises contre les élèves, et de leurs motifs. Avoir des données en temps réel permet de réagir plus vite, avant que les situaitons ne se compliquent. Comme on le dit en gestion de projet, le suivi des indicateurs constitue une aide à la décision.

Des outils de pilotage des établissements dans leur environnement

 

En Grande Bretagne, les établissements scolaires sont également encouragés à produire des données nouvelles. Dans cet article intitulé "open data in education", l'accent est mis sur la production de données sur les programmes d'études et ce qui y est enseigné, le nombre de place dans chaque filière dans les universités, à croiser avec les données relatives à l'emploi et aux manques de compétences repérés sur un territoirte donné. Ou bien, sur l'intérêt possible des parents pour la répartition des fonds dans les établissements entre rémunération des enseignants, le matériel scolaire, etc. afin de mesurer l'impact d'une augmentation ou d'une réduction budgétaire d'une ligne ou de l'autre sur les résultats des élèves.

Bien entendu, les données brutes ne pourront être considérées comme des aides au pilotage des établissements sans qu'elles soient intégrées à des applications qui en faciliteront la lecture et l'interprétation. Comme il est joliment dit dans ce diaporama, les données brutes ne sont que des "graines" en attente de germination. La visualisation et la contextualisation les feront grandir et s'épanouir en significations compréhensibles du plus grand nombre. La comparaison et la réutilisation joueront enfin le rôle de pollinisateurs qui permettront aux plantes de se reproduire et de s'hybrider. 

On perçoit dans cet enthousiasme pour le pilotage par les données une sorte d'espoir en un remède miracle qui viendrait apaiser les maux de nos systèmes éducatifs bien malades. Les données ont bien entendu leur rôle à jouer, à condition de bien choisir celles qu'il est important de recueillir (leur donnant le rôle d'indicateurs) et d'opérer les croisements de données pertinents. Si ce n'était le cas, les acteurs éducatifs auraient le sentiment de se transformer en collecteurs professionnels de données, et d'y perdre le sens de leurs métiers.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné