Articles

Camp TIC : 5 jours pour changer son rapport aux TIC

Les camps TIC organisés au Québec pour les enseignants font considérablement progresser leur vision et leur utilisation des outils numériques

Par Christine Vaufrey , le 12 décembre 2011 | Dernière mise à jour de l'article le 13 décembre 2011

Bien des enfants, et des adultes également, profitent des vacances pour se familiariser avec une pratique nouvelle ou pour pratiquer une activité exigeant temps et disponibilité : équitation, construction de tipis, canyoning, photographie en pleine nature... Les stages, colonies et autres camps thématiques connaissent un grand succès.

Et si l'on faisait un camp TIC ? Des enseignants se réuniraient dans un bel endroit et expérimenteraient toutes sortes d'outils numériques pendant cinq jours, dans une ambiance décontractée favorisant les échanges. Ce serait quand même mieux que les petites formations d'une journée qui émaillent l'année scolaire...

Au Québec, Pierre Lachance, conseiller TIC au RÉCIT, a relevé le défi. Voici dix ans maintenant qu'avec une équipe d'une dizaine de personnes, il organise des camps TIC pour les enseignants. En dix ans, ce sont ainsi 450 enseignant-e-s qui ont participé aux camps TIC, pour y accroître leurs compétences en matière d'intégration des TIC dans leurs enseignements et surtout, comme le dit Pierre Lachance dans le bref article célébrant ce dixième anniversaire, "pour changer leur rapport aux TIC".

Classiquement, les TIC sont d'abord perçues comme des outils. Une fois que la maîtrise de quelques outils est acquise, les enseignants réalisent qu'ils peuvent non seulement reproduire (plus vite, mieux...) ce qu'ils faisaient sans outils numériques, mais aussi problématiser des situations d'apprentissage. Enfin, la dernière étape est celle qui voit les TIC devenir des "outils d'apprentissage", tant pour les enseignants que pour les élèves.

 Bien entendu, la pratique est reine dans les camps TIC. On retrouvera sur le blog du camp TIC les ressources mises à disposition des apprenants par les formateurs, et surtout les productions et traces créées par les apprenants dan chaque discipline scolaire représentée, année après année. Certains créent un scénario pédagogique intégrant les TIC, d'autres des tutoriels, d'autres encore se régalent avec la programmation et la robotique. 

Par rapport aux journées de formation consacrées soit à la prise en main d'un outil en particulier, soit à un recensement de tout ce qu'il est possible de faire avec les TIC dans telle ou telle discipline, ces camps TIC ont l'immense avantage de donner du temps aux apprenants et donc de les engager dans des tâches complexes, nourries d'échanges avec les pairs et les formateurs, de réflexion personnelle, d'essais-erreurs. En finale, il y a un produit utilisable, coïncidant avec le besoin réel, dont les TIC ne sont qu'un élément parmi d'autres, l'essentiel résidant dans la scénarisation de l'activité et le choix de la pédagogie utilisée.

L'édition 2011 du Camp TIC s'est achevée par une intervention de Thérèse Laferrière, directrice du Centre de recherche et d'Intervention sur la Réussite Scolaire (CRIRES) de l'Université Laval à Quévec, et chercheure associée au CEFRIO. Le diaporama de madame Laferrière est disponible sur le blog du camp TIC 2011. 

Evidemment, les enseignants québécois qui ont participé au camp TIC ont pris du temps sur leurs vacances d'été. Mais parions qu'aucun ne regrette les quelques journées de farniente sacrifiées !

Le blog du camp TIC

Photo : Cornell University Library, Flickr, aucune restriction de copyright connue

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné