Articles

Émigrer vers le froid ?

Si les arpents de neige immaculée du Québec vous appellent...

Par Charles Brisson , le 20 décembre 2011

En cette fin d'année où le froid et surtout la neige commencent à se faire désirer au Québec, j'ai rencontré plusieurs amis Français pour leur parler de la grande migration qui les avaient amenés à l'ouest, outre-atlantique. Je voulais leur parler de climat. De ce climat nordique qu'ils avaient choisi.

Avanrt d'arriver, ils avaient tous déjà vu la neige, ils avaient tous déjà skié. Le patinage a été une nouvelle activité pour tous sauf un qui avait vécu aux États-Unis, enfant. Aucun n'avait testé la randonnée en raquettes avant d'arriver - "vraiment plus physique que ça en a l'air". Tous avaient rêvé de balades en traîneau à chiens (ils disent "chiens de traîneau") et tous ont réalisé ce rêve lors du premier hiver. "Et on fait ça où ?" j'ai demandé car comme la plupart des Québécois, je n'ai jamais même pensé que ça se faisait réellement, j'avais toujours cru que c'était un élément du folkore. "Comme si on s'imaginait aller en France pour faire du vin en écrasant des raisins dans des barils, pieds nus.", je leur ai dit.

Notre conversation fut un amusant mélange d'envie d'assimiler l'hiver, de vivre comme les Québécois et de clichés de cabanes en bois rond au bord de lacs gelés perdus. Mais tous ont dit qu'ils ne comprenaient pas la haine des Québécois envers l'hiver qu'eux-mêmes aiment tant et qualifient de bien moins dur que ce que leur on avait fait croire. Il faut avoir vécu les hivers gris et mouillés de l'Europe pour comprendre que le froid canadien s'accompagne d'une neige d'une blancheur immaculée (hors des villes) et que le soleil est, somme toute, nettement plus présent ici que là-bas. Finalement, ils se sont tout de même avoués surpris par les journées à -25C ("Difficile de comprendre ce qu'un chiffre veut dire quand on lit ça avant de venir!") mais ils résument l'expérience de l'hiver en quelques accessoires essentiels : vêtements, pneus d'hiver et pelles.

 

Cette fois, on le fait !

 

Envie d'en savoir plus sur l'immigration au Québec? Voici quelques pistes. À voir absolument, la série de vidéos produite par Lumen Box Films, "Le Québec parle aux Français". On y découvre un jeune Français, Olivier Zimmermann (aucun lien avec l'illustre Robert quoique Olivier chante aussi), qui est venu s'installer à Montréal pendant 10 mois pour étudier. La série de 7 clips de moins de 10 minutes traite surtout de langue et de culture mais très peu de la rigueur extrême des hivers québécois avant le 6e épisode et c'est alors l'excitation enfantine enjouée face à une tempête de neige, comme quoi l'adaptation climatique se fait d'elle-même.

Pour les informations officielles, il faut aller sur le site du ministère de l'Immigration et Communautés culturelles du Québec, Immigration-Québec. Les deux plus grandes villes de la province ont également leur propre organisme chargé de contribuer à leur développement économique et d'accroître leur rayonnement international, Québec International et Montréal International.

Reste que le site mentionné le plus souvent par les Européens francophones qui considérent la grande migration vers le Québec (et le Canada) est immigrer.com. On y découvre une source d'information importante, sous forme de forum, ce qui permet de poser des questions et d'introduire de nouveaux sujets de discussion.

Je vous laisse avec Charlebois. Bon hiver et meilleurs voeux pour l'année qui vient.

 

J'ai besoin de revoir l'hiver
Et ses aurores boréales
J'ai besoin de cette lumière
Descendue droit du Labrador
Et qui fait neiger sur l'hiver
Des roses bleues, des roses d'or

 

Illustration : le parc Gâtineau de Québec en hiver. Asif Ali, Flickr, licence CC BY-NC-ND 2.0

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné