Articles

La lutte des Afghans pour reconstruire leur système d’éducation

Par Thot , le 13 janvier 2002 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Dans un pays dévasté par 20 années de conflits tribaux, de guerre et de famine, le système de l’éducation afghan est aussi en ruine. Les experts en éducation et ceux des organisations humanitaires croient qu’il va falloir une décennie, sinon plus, et des milliards de dollars pour remettre sur pied un système d’éducation public qui était pourtant un objet de fierté nationale à la fin des années 60 et au début des années 70.

Après avoir accédé au pouvoir en 1996, les Talibans ont tenté de fermer les écoles à travers le pays et d’empêcher les filles d’avoir accès à une éducation de base. Il existait toutefois des bastions de résistance. Le village de Jelga, situé dans le sud-est de l’Afghanistan, en est un exemple. Grâce à une femme répondant au nom de Zubaida, les villageois ont réussi à sauvegarder leurs programmes d’éducation au prix de négociations intenses et continues avec les fonctionnaires.

En soi, les Afghans accordent beaucoup d’importance à l’éducation. Mais leur grande soif d’apprendre ne pourra être étanchée à la vitesse qu’ils le souhaiteraient. En effet, le récent passé du pays a laissé de lourdes traces : une génération entière a été privée d’éducation. De même, toute une génération d’enseignants manque à l’appel. Les enseignants dissidents ne pourront suffire à la tâche. Vraisemblablement, il va être difficile de trouver les 27 000 enseignants requis pour faire l’école aux 8 millions d’enfants afghans d’âge scolaire. Ainsi, des programmes viseront à permettre aux particuliers possédant trois années d’étude d’acquérir une formation d’enseignants.

Partout au pays, les gens mettent sur pied des écoles dans des maisons, des magasins abandonnés et même des tentes. De leur côté, des organisations internationales telles que CARE, UNICEF ou Save the Children commencent la reconstruction. Enfin, il y a beaucoup à faire pour remettre sur pied le système lui-même. Mais la chute du régime des Talibans a redonné l’espoir et l’optimisme au peuple afghan, déterminé plus que jamais à reconstruire son système d’éducation malgré l’ampleur de la tâche qui l’attend. Tous ont hâte de voir les écoliers retourner sur les bancs d’école.

École par école, village par village, les choses se sont mises à bouger. «Certes les programmes sont modestes, mais c’est une façon de lancer le travail de reconstruction au lieu d’attendre pendant des années que le système émerge de lui-même», avance la porte-parole de CARE.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné