Articles

L'anglais, la clé de l'employabilité au Maroc

Une école supérieure marocaine mise sur l'anglais et la formation d'inspiration anglo-saxonne pour garantir un emploi rapide à ses diplômés

Par Tété Enyon Guemadji-Gbedemah , le 17 janvier 2012

Le Maroc, comme nombre de pays sur le continent africain, ne parvient pas à fournir des emplois à ses diplômés. Et l'exemple de la Tunisie montre que cette catégorie de population peut exprimer sa colère de manière radicale... Au-delà des mesures ponctuelles, ne faut-il pas revoir l'enseignement lui-même ?

Tourner le dos au système éducatif d'inspiration française. Telle serait la clé de l'employabilité. Du moins au regard des choix en matière d'instruction effectués de plus en plus par les jeunes dans des pays francophones. Le Los Angeles Times illustre cette situation dans un article à partir du cas du Maroc.

Pays arabe ayant aussi en usage le français, le Maroc expérimente un système éducatif alternatif, une sorte de troisième voie basée sur le modèle anglo-saxon. L'Université d'Al Akhawayn est l'une des institutions d'enseignement qui représentent cette troisième voie.

En 2010, 259 étudiants y ont été diplômés. Et nous rapporte l'article du Los Angeles Times, d'après un récent sondage 98% des diplômés de cette institution trouvent un emploi ou démarrent leurs propres affaires dans les six mois suivant l'obtention de leur diplôme.

La demande d'anglais et plus encore, d'une éducation d'inspiration anglo-saxone, est donc motivée principalement par l'accès à un emploi et l'ouverture à l'international. En effet, la connaissance de l'anglais est une compétence linguistique appréciée par les employeurs du Maroc. En cas d'expatriation dans d'autres pays du monde arabe, la maîtrise de l'anglais comme langue de travail devient une obligation. 

Le recours à un système éducatif anglo-saxon intervient dans un contexte où l'éducation francophone, et plus généralement la Francophonie, est remise en cause. Il faut néanmoins relativiser. Des institutions d'enseignement francophones, comme l'Institut international d'ingénierie de l'eau et de l'environnement (2iE) connaissent le même succès que les institutions totalement anglophones. L'avenir éclairera sur ce phénomène ...

Article original : Morrocco : many elite Arabs opt for American-style education, moving away from the French model. Los Angeles Times, 27 juin 2010.

Illustration : Foreign and Commonwealth Office, Flickr, licence CC BY-ND 2.0

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné