Articles

Le monde entier au chevet du patrimoine saharien

S'il faut bien tout un village pour élever un enfant, il faudra sans doute le monde entier pour sauver les bibliothèques du désert.

Par Christine Vaufrey , le 23 janvier 2012 | Dernière mise à jour de l'article le 03 juin 2016

Des Manuscrits Conservés à Tombouctou

Depuis plus de 25 ans, la Région de Tombouctou au Mali mène des actions en partenariat avec la région Rhône-Alpes en France. Cette coopération se traduit notamment par un programme de numérisation des manuscrits détenus dans les bibliothèques publiques et privées de la ville.

Tombouctou jouit d'un prestige inégalé dans les esprits occidentaux avides de grands espaces et de légendes liées au prestige des populations nomades. Accueillant au XVe siècle l'université Sankoré, première université sub-saharienne, Tombouctou a compté dans ses murs jusqu'à 25 000 étudiants, nous apprend Destiny Tchehouali sur le blog Web2solidarité. Cette vaste entreprise de construction des savoirs s'est bien sûr accompagnée d'une forte production d'écrits. Ce ne sont pas moins de 300 000 manuscrits qui dorment encore dans les bibliothèques de la ville. 

Mais la ville de Tombouctou n'est plus que l'ombre d'elle-même. La désertification, la disparition des routes des caravanes, l'attrait des villes et du Nord qui ont vidé les régions pauvres du Maili d'une partie de leurs forces vives, ont épuisé Tombouctou qui s'assoupit entre les dunes.

Ses trésors écrits sur parchemin ou sur papier ne résisteront pas longtemps aux assauts conjugués de la sécheresse et des insectes. Les pages partent en mille morceaux, réduisant en poussière les versets sacrés aussi bien que les récits de conquêtes et les longues généalogies familiales.

On comprendra aisément que des institutions culturelles se soient émues de la disparition lente mais inéluctable des manuscrits de Tombouctou. C'est ainsi que l'INSA de Lyon a entrepris en 2007 d'appuyer la numérisation des manuscrits, et de former du personnel à cet effet. L'entreprise promet d'être longue, non seulement à cause du nombre important de manuscrits à numériser et des travaux sophistiqués qui doivent être entrepris pour sauvegarder les originaux, mais aussi à cause de la résistance de certaines familles qui rechignent à confier leurs biens les plus précieux à des mains étrangères.

Quelques familles lettrées, de tradition maraboutique, possèdent en effet des collections de manuscrits inestimables. Si certaines ont tôt autorisé la consultation de leurs biens dans des bibiothèques, d'autres préfèrent les garder dans le secret de leurs habitations.

On retrouve la même situation dans différentes villes de la zone saharienne. Chinguetti (ci-contre), en Mauritanie, qui est comme Tombouctou un ancien centre intellectuel de renom, abrite également des bibliothèques et des collections de grande valeur, soumises aux aléas du temps et du climat.

Fort heureusement, la région Rhône-Alpes n'est pas la seule organisation de solidarité internationale à financer la numérisation et la restauration des manuscrits africians. Chinguetti peut compter sur la Région autonome Friuli Venezia Giulia en Italie pour mener un travail similaire, bien décrit dans cette plaquette. L'Institute for Humanities in Africa de l'Université du Cap (Afrique du Sud) travaille comme la région Rhône-Alpes sur les manuscrits de Tombouctou, non seulement pour en assurer la conservation et la sauvegarde mais aussi pour les traduire et former de jeunes chercheurs à leur étude. Aux Etats-Unis, ce sont notamment le Smithsonian Institute et la Fondation Ford qui appuient la préservation de ce patrimoine. La Fondation Ford a réalisé la vidéo ci-dessous, qui donne une idée du travail à accomplir et de la splendeur des documents à préserver :

S'il faut bien tout un village pour élever un enfant, il faudra sans doute le monde entier pour sauver les bibliothèques du désert.

La numérisation des manuscrits de Tombouctou ou comment les TIC contribuent à la sauvegarde du patrimoine culturel. Destiny Tchehouali, Web2solidarité, 21 janvier 2010

Trésors d'Afrique : les manuscrits des bibliothèques du désert. Cécile Benoist Dogue, scribium, 17 mars 2011

Photos

Haut : Leslie Lewis, Flickr, licence CC BY-NC-ND 2.0

Bas : Gerardo Amechazzura, Flickr, licence CC BY-NC-ND 2.0

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné