Articles

SIST : coup de pouce français à la recherche et la publication scientifiques en Afrique (2005)

Par Louis-Martin Essono , le 12 décembre 2005 | Dernière mise à jour de l'article le 06 février 2017

Douze pays africains font partie du projet sur le système d’Information scientifique et Technologique, le SIST. Ils ont été choisis après consultation; ils auront un rôle de diffusion auprès des pays voisins non bénéficiaires. Il s’agit principalement de l’Algérie, de la Tunisie, du Sénégal, du Burkina-Faso, du Mali, de la Côte d’Ivoire, du Bénin, du Ghana, du Nigéria, du Cameroun, du Burundi et de Madagascar.

L’action de la France en direction de l’Afrique vise à désenclaver la recherche, à encourager et à développer les échanges, la production et la diffusion d’informations scientifiques et technologiques. Une des priorités est aussi de promouvoir les sciences et les technologies du Sud afin de permettre aux chercheurs africains de développer leurs propres capacités d’analyse et d’expertise sur les grands enjeux de la recherche.

Il s’agit enfin, pour la Coopération française de mettre en place un système devant servir le développement durable dans le but d’encourager le développement de recherches régionales sur des priorités définies par les pays (santé, ressources renouvelables, agronomie, sciences humaines et sociales, sciences et technologies de l’information et de la communication).

L’origine de ce projet provient, d’une part, de l’absence assez remarquée de la recherche africaine dans le paysage scientifique international, d’autre part, du lourd handicap qu’accuse l’Afrique en matière d’accès à l’information.

En voulant fédérer les équipes de chercheurs de renommée internationale qui évoluent en Afrique, le SIST vise à développer le travail en réseau et les échanges scientifiques et contribue à la réduction de la fracture numérique et la fracture technologique. Ce projet obéit à une organisation bien structurée qui prend en considération la participation, parfois oubliée, des chercheurs locaux.

Le système d’information scientifique et technique est un outil virtuel, d’accès, de diffusion, de production de l’IST et de communication entre scientifiques. Il s’affirme comme

  • un moyen d’acquisition des données essentielles sur les bases de données.
  • un moyen de valoriser la recherche en diffusant ses résultats.
  • un moyen d’engager ou de développer des recherches sur des thématiques communes.


Il permet de disposer d’un système d’information pour l’exercice de la recherche. Trois objectifs sous-tendent cette action :

  • donner au Sud les moyens de s’interconnecter avec les Systèmes d’information du Nord, notamment le réseau européen GEANT, via l’opérateur français RENATER ;
  • mais aussi d’interconnecter le Sud avec le Sud (aujourd’hui les chercheurs du Sud valorisent leur recherche via des laboratoires du Nord auxquels ils ont associés, retardant ainsi l’apparition d’une masse critique de la recherche africaine.
  • promouvoir une dynamique de l’expertise : les chercheurs africains devant assurer l’expertise, bien souvent confiées à des chercheurs du Nord, sur les grands sujets de recherche concernant le Sud.
  • mettre la science africaine au service du développement durable par le réseautage des équipes africaines sur les priorités du NEPAD : santé, ressources renouvelables, agronomie, sciences sociales.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné