Articles

Publié le 19 décembre 2005 Mis à jour le 12 décembre 2008

Cameroun : l’Aden de la Coopération française désenclave le pays

L’utilisation de l’Internet s’offre désormais comme une indispensable réalité. On se croirait à une époque à laquelle tous les Camerounais n’aspireraient plus qu’à l’ère et à l’heure numérique, même si cette réalité demeure une véritable utopie pour de nombreux citoyens. En milieu estudiantin, devoirs et exposés s’effectuent par Internet même si les notions de plate-forme d’EAD demeurent relativement circonsrites à quelques grandes écoles.

Le Ministère français des Affaires Etrangères, qui participe à plusieurs niveaux au développement du Cameroun, appuie ce pays sous les aspects culturel, économique et social à travers une politique de coopération cohérente et utile. Des actions de coopération restent malheureusement peu visibles au plan macro, le souci majeur étant réservé à l’utile et à la recherche de l’efficacité sur le terrain.

Certaines de ces actions concernent le projet Comètes déjà présenté dans Thot. Devant l’indicible fracture numérique qui rétrograde l’Afrique, la France a mis sur pied un autre projet, Aden. Il a pour objectifs de démocratiser l’accès à Internet, de former à l’utilisation des Tic, d’encourager la production africaine de contenus. Des objectifs opérationnels consistent à accompagner, dans les 13 pays partenaires en Afrique sub-saharienne, le développement et l’usage des Tic par la création des points d’accès Internet au public.

Le Comité de pilotage d’ Aden-Cameroun, supervisé par Gaëlle Le Pape et coordonné par Victor Bruneau, a récemment tenu ses assises pour dresser le bilan des activités. Les activités au Cameroun, auxquelles sont associées avec bonheur diverses franges de la société et des partenaires comme l’Unesco, s’articulent sur trois volets : équipement et connexion des lieux "très" enclavés, formation des équipes locales devant à moyen terme s’autonomiser, appui à la création des contenus et d’application des logiciels libres.

La société civile camerounaise, impliquée dans le comité, a contribué à clarifier le concept fluctuant d’enclavement et les critères d’éligibilité des zones à connecter. Les points d’accès élus concernaient les zones rurales motivées et enclavées, mais susceptibles de présenter le plus de garanties sur tous les plans (éducation, affluence, alphabétisation, économie, etc.) et en mesure non seulement de favoriser le développement des sites retenus, mais aussi de fonctionner en autonomie.

Les Services culturels de l’Ambassade de France, bien à l’écoute des bénéficiaires, innovent et apportent une aide supplémentaire à l’Etat camerounais en matière de désenclavement de ses régions au moment de l’annonce d’entrée en opération de la fibre optique et de la mise en service des télécentres. Il est agréable d’avoir appris que des opérations de sensibilisation des populations commenceront pour amener les populations à s’intéresser aux solutions que peut apporter l’Internet au village.


Mots-clés: Création De Contenus Enclavement Internet Réalité Utilisation Camerounaise

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !