Articles

Les commentaires des blogues étudiants peuvent être sujets à sanction dans les écoles secondaires***

Par Denys Lamontagne , le 28 mai 2006 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Il n’y a pas une école qui autoriserait un langage ordurier dans ses murs, la diffamation ou la provocation comme passe-temps dans la cour ou la promotion d’un concours de vandalisme à l’extérieur.

Avec la dissolution des barrières maintenant induite par internet, les responsabilités et les limites deviennent plus floues. Où se situe la limite entre le privé et le public ? Entre l’école et la sphère familiale, entre la société et l’individu ?

Si les nouvelles technologies ont remis beaucoup plus de pouvoir et de moyens entre les mains des étudiants, il va de soi qu’une responsabilité équivalente leur incombe. Comme entre 60 % et 80 % des étudiants ont un accès régulier à Internet, le phénomème n’est pas anodin.

Pour faire face à plusieurs dérives comme la diffamation de professeurs ou d’étudiants, au cyber-harcèlement, à la diffusion de photos prises par surprise par des téléphones portables, à la tricherie systématique ou à la promotion de comportements haineux, certaines écoles ont établi un protocole énonçant que les activités «extracurriculaires» de leurs étudiants dans Internet peuvent également être prises en compte dans l’évaluation de ceux-ci.

Il ne s’agirait pas de systématiquement surveiller les activités Internet des étudiants mais d’établir que, s’il y a plainte ou dépassement des bornes, des sanctions peuvent survenir.

En d’autres termes, on vit en société et Internet est un espace public, alors prenez vos responsabilités.

Pour l’article au complet : School District to Monitor Student Blogs

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné