Articles

Sénégal : Les Tic à l’école : une riche source d’informations scientifiques

Par Louis-Martin Essono , le 13 août 2004 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Le Sénégal, a-t-on souvent écrit dans ces colonnes, est à l’avant-garde de l’insertion et de l’utilisation réelle des TIC à l’école. Plusieurs faits permettent de le confirmer. La préparation des contenus pédagogiques, un suivi par les responsables éducatifs, une intensification de l’implantation de ces outils à plusieurs niveaux de l’enseignement.

L’expérience sénégalaise d’introduction des TIC dans l’Enseignement Moyen et Secondaire est menée depuis 1998 par le GEEP. Cette expérience a fait atteindre un bon niveau de développement d’un réseau national d’espace cyber-jeunes, qui offre, à de nombreux élèves et professeurs, un accès à Internet et de grandes opportunités pour l’apprentissage par le moyen des TIC.

À présent, pour renforcer ces acquits, et exploiter plus profondément encore les TIC, les responsables souhaitent que la prochaine rentrée se dessine sous un visage nouveau. En effet, révèle Le Soleil de Dakar, le Groupe pour l’Étude et l’Enseignement de la Population (GEEP) recherche activement la formalisation de l’utilisation des TIC à l’école. Pour y parvenir, les "TIC"

devraient être introduites au cœur de l’activité pédagogique, pour en faire des sources d’informations et des supports d’apprentissage.

La possibilité des Sénégalais d’atteindre ces objectifs passe par une réflexion suivie et prolongée avant la rentrée scolaire. C’est pourquoi se sont tenues à l’E.N.S de Dakar, des Journées scientifiques destinées à porter, au grand public, les résultats des recherches menées sur l’impact des TIC dans l’Enseignement Moyen et Secondaire au Sénégal. Les journées permettront aussi, écrit le journal de tirer les leçons d’une

expérience novatrice d’introduction des TIC en milieu scolaire, de dégager avec les acteurs et partenaires les axes d’un nouveau programme

.Un rapport de recherche local a établi que les TIC avaient en effet un impact favorable sur les stratégies d’enseignement et les performances scolaires et participent à l’amélioration de la qualité de l’éducation.

Dès lors, il convient, souhaite le GEEP, de formaliser cette utilisation des «TIC» à l’école, en les introduisant au cœur de l’activité pédagogique, pour en faire des sources d’informations et des supports d’apprentissage. Cela suppose, au préalable, concleunt les Autorités, la prise en charge des «TIC» comme technologie éducative dans la formation initiale des enseignants.

Le genre d’initiatives qui vient du Sénégal est toujours significatif de l’état d’avancement dans l’utilisation sociale des Tic. Sans avoir atteint l’objectif d’un ordinateur par élève et par classe dans le pays, on se félicitera des efforts que réalise le Sénégal pour vulgariser les TICE. On ne peut s’empêcher, en même temps, de s’interroger sur le taux encore élevé de l’analphabétisme dans le pays.

En effet, il faut éviter la stratégie du tape-à-l’œil qui consiste à montrer un grand déploiement dans les grandes agglomérations alors que les zones rurales vivent dans le dénuement total. On sait que les dernières statistiques établissement que seul Un Africain de l’Ouest sur 160 a accès à l’ordinateur. Les nombreux dons en matériel informatique en direction du Sénégal devraient permettre enfin que ce pays soit érigé parmi ceux qui tiennent le peloton dans l’utilisation des TICE et qui éradiquent effectivement l’analphabétisme en conformité avec les objectif de l’EPT

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné