Articles

Qui paiera pour le développement de contenus numériques de qualité ?

Par Martine Jaudeau , le 09 avril 2002 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Un important débat se déroulait récemment sur la liste de diffusion Edu-ressources et posait une question cruciale pour l’éducation : comment financer le développement de contenus numériques interactifs de qualité ?

Voici quelques extraits de points de vue rassemblés sur le sujet :

Réal Gingras :

"Linux est une solution logicielle publique libre de droit et qui permet aux écoles de faire de grandes économies en ce qui a trait au développement de contenus interactifs."

Robert Bibeau :

"On doit trouver une façon de soutenir le financement du développement de contenus numériques. Il n’est pas toujours suffisant de tabler sur la bonne volonté, et le bénévolat, pour développer des contenus numériques de qualité. Des ressources financières doivent être disponibles pour assurer que des gens oeuvrent au développement et à la mise à jour des contenus numériques que l’on souhaite offrir au réseau scolaire."

Denys Lamontagne :

"De bons cours et de bons sites sont rares. Ceux qui les font n’ont souvent pas d’argent pour leur mise en marché et ceux qui pourraient les acheter en volume n’ont pas de budgets pour ce faire. ... Les contenus subventionnés sont à la fois une solution ET un problème. Qui investira quand à tout moment peut débarquer un contenu subventionné concurrent ? En attendant, on peut toujours rêver de bons contenus à jour. Sans stabilité ni engagement, rien de solide ne se construit. Sans marché, pas de succès."

Claude Francois :

" Si d’un côté il est très louable et bénéfique pour tout le monde de mettre une grande quantité et diversité de ressources gratuites à la disposition du plus grand nombre, ce qui est générateur de savoir et de mutualisation d’idées, d’un autre l’internaute considère de plus en plus que tout devrait être gratuit et que tout ce qui est payant est une excroquerie. Or développer des modules de formation véritablement interactifs coûte très cher, tant en programmation qu’en gestion. ... La gratuité, oui, mais le "tout gratuit" est un leurre et facteur selon moi de tromperie quelque part, car il faut bien que quelque part, quelqu’un paie pour le développement et le service."

Comme quoi, le libre c’est bien, mais pas forcément gratuit. Il faut une reconnaissance, une implication, une stabilité et des financements alloués pour des développements de qualité.

Des idées ?

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné