Articles

L’Université d’Antananarivo bientôt à l’heure de l’Internet

Par Louis-Martin Essono , le 11 janvier 2002 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

L’île de Madagascar est bien connue pour sa vanille. Son eau et son cosmopolitisme. On la connaît beaucoup pour sa toujours luxuruante verdure et les grands espaces qui relient les différentes régions du pays. Mais également pour les récents événements politiques qui l’ont secouée.

Les nouvelles technologies ont commencé à envahir l’île, il y a seulement quelques années. Isolé autrefois du monde, Madagascar compte aujourd’hui des sites commerciaux, éducatifs et personnels. On en aura une idée en consultant l’ annuaire malgache des sites en fonctionnement.

Au plan éducatif et universitaire, le CREFOI , le Centre Régional de Formation pour l’Océan Indien, un relais de l’ AIF Agence de la Francophonie, le CNTMAD , le Centre National de Télé-enseignement d’Antananrivo et le siège régional de l’ AUF contribuent à faire resplendir l’image de la plus belle île à travers le monde.

Un quartier latin, à la malgache, abrite au creux d’une large et chaude cuvette le complexe intellectuel de la capitale de l’Île. A Ampefloha, en effet, l’ Ecole normale supérieure jouxte la Faculté des Lettres, puis une clôture les sépare du Crefoi et du très beau lycée. De l’autre côté de la route, en plein carrefour, l’Alliance française. Les nombreux enseignants, les étudiants de haut niveau, les chercheurs, convergent vers le campus numérique de l’AUF pour leurs activités.

Bientôt, le pouvoir met à la disposition de ces chercheurs, des moyens pour les aider à participer aux activités de leur profession avec un peu plus d’aisance. Signalons que le pays s’est progressivement inséré dans la communauté du réseau et l’on compte maintenant de nombreux portails nationaux. L’Université, quoiqu’en retard, se connectera très bientôt à cette toile.

C’était en effet d’un ton très satisfait que Pascal Rakotobe, président de l’ Université d’Antananarivo , a annoncé que son instituion était en cours d’adopter les nouvelles techniques de l’information et de communication et que des réseaux informatiques y étaient progressivement installés. Cette initiative allège l’administration et permet d’accéder plus facilement à la documentation grâce à l’Internet. De fait, tous les sites abrités par le Ministère demeurent inaccessibles.

Selon le journal Midi Madagascar , repris par allafrica.com l’amélioration de la documentation constitue l’axe de la politique du nouveau président de l’Université et celui du Minesup , le ministère de l’Enseignement Supérieur, lequel a du reste accepté d’allouer un budget pour soutenir cette initiative.

Madagascar compte de nombreuses universités dont la plupart utilisent la formation à distance. L’Université de Tuléar, celle de Fianarantsoa se sont déjà faites remarquer par leurs travaux dans ce domaine, bien que ne disposant de sites propres. Le problème des communications, de la téléphonie, d’électricité et des longues distances représente des handicaps à la vulgarisation de l’enseignement. L’arrivée prochaine de l’Internet et des centres mutimédias à l’Université d’Antanarivo et dans les autres institutions universitaires représente une très bonne avancée de l’Île vers le monde de la connaissance.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur