Articles

Rap battle entre un prof et un élève. Et le gagnant est...

Un prof plutôt classique dans son allure et ses goûts enthousiasme les adolescents britanniques tout en faisant passer quelques messages de tolérance et d'éthique

Par Christine Vaufrey , le 20 février 2012 | Dernière mise à jour de l'article le 21 mars 2012

C'était une "rap battle" parmi tant d'autres; dans un lieu sombre et peuplé, les concurrents slameurs et rappeurs se sont affrontés, tour après tour, jusqu'à ce que soit déclaré le vainqueur. Dont' Flop, une WebTV britannique spécialisée dans les rap battles, a retransmis les principaux affrontements.

Mais en même temps, ce n'était pas tout à fait une rap battle comme les autres. Entourés par la foule des jeunes en t-shirts, s'affrontaient MC Blizzard, 17 ans, étudiant, et Mark Grist, 30 ans, prof. 
Même sans connaître grand-chose à l'anglais (et surtout à cet anglais-là), rien qu'en se fiant aux réactions des spectateurs, on comprend qui a gagné la bataille :

 

Car oui, le gagnant est Mark Grist, le prof !

Et Mark Grist, non content de gagner sur le terrain des jeunes les plus révoltés contre le système scolaire, en a profité pour faire passer quelques messages : "I don't care about the aggressive shit you spit online or that everybody's heard of ya/You'd still give yourself a hernia trying to assemble flatpack furniture", lit-on par exemple dans un bref article du Guardian qui rend compte de cette battle peu ordinaire. Et son challenger MC Blizzard a juré qu'après cet affrontement, il n'emploierait plus jamais de propos racistes, sexistes ou homophobes dans ses textes. Wow !

Ce qui a fait dire à l'une de ses fans, sur un blog féminin : "vous vous souvenez du temps où tout ce qu'un prof avait à faire pour avoir l'air cool, c'était de rouler des épaules et de s'asseoir à l'envers sur une chaise ? Ce temps est terminé". 

Il faut le dire : Mark Grist n'est pas un nouveau venu dans les arènes du rap. Professeur d'anglais remplaçant pendant quelques années, il est surtout poète (un "word geek", selon les mots qu'il emploie pour se décrire sur son site personnel), et s'est lancé dans un show intitulé "Dead poets" avec un autre jeune rappeur, avec l'idée de promouvoir l'écriture et la poésie chez les jeunes. Ceci, de manière éthique. Il s'élève contre l'idée qu'il faille absolument s'afficher comme homophobe, raciste ou mysogine dans le milieu du rap. "Puisque tu peux faire sans, pourquoi choisis-tu de faire avec ?", dit-il en substance aux jeunes qu'il affronte régulièrement dans les rap battles.

Grist a de plus conquis le coeur des filles le jour ou il a avoué adorer "les filles qui lisent" : 

"I want a girl who reads 
Who feeds her addiction for fiction 
With unusual poems and plays 
That she hunts out in crooked bookshops for days and days and days 
She’ll sit addicted at breakfast, soaking up the back of the conflakes box 
And the information she gets from what she reads makes her a total fox 
Cos she’s interesting & unique 
& her theories make me go weak at the knees"

déclame t-il dans cette vidéo.

Alors, voilà un prof en costume-cravate qui écrit de la poésie et aime les jeunes studieux, un prof pas tellement dans le coup a priori, qui a su établir le contact avec les jeunes en se rendant sur leur propre terrain. Il a d'ailleurs abandonné l'enseignement, pour se consacrer désormais à l'animation d'ateliers d'écriture, au spectacle et... à la formation des enseignants. Il a sans aucun doute beaucoup de choses à partager avec ses anciens collègues.  


Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné