Articles

Du web au Jeu de Paume à Paris, Ai Weiwei

L'artiste contemporain chinois expose une partie de ses photos au musée du Jeu de Paume à Paris, malgré sa liberté surveillée en Chine.

Par Cécile Chandran , le 27 mars 2012 | Dernière mise à jour de l'article le 24 août 2012

Avec ses cheveux hirsutes et un visage aussi rond que son ventre, Ai Weiwei n’a rien d’un genre de Gandhi à la chinoise - cliché du grand sage militant des droits de l’Homme. Ses auto-portraits montrent un homme plein d’auto-dérision et d’humour, qui a consacré presque toute sa vie à lutter contre le pouvoir d’oppression chinois et pour le développement de la démocratie. Né en 1957 à Pékin dans une famille déjà militante, il fait ses premières armes dans les années 70 au sein du collectif The Stars parmi d’autres artistes chinois, puis s’envole vers les Etats-Unis en 1981 où il développe son réseau artistique. Il se fait notamment connaître pour son engagement en faveur de la démocratie en Chine, en organisant des happenings ou encore en s’infligeant une grève de la faim en 1989 après le drame de Tian’anmen. De retour en Chine en 1993, il travaille sur de gros projets d’architecture et de design, dont le fameux stade olympique de Pékin en “nid d’oiseau”

 

L’artiste des réseaux

Ai Weiwei se distingue également par son usage du téléphone portable et d’internet. Ultra-connecté, il prend des milliers de photos pour documenter son quotidien sur son blog et sa page Twitter (attention, c’est en chinois !). Ai Weiwei travaille comme ça : avec les réseaux. Lorsque la liberté d’expression est limitée ou en danger, le développement de réseaux, qu’ils soient humains ou technologiques, permet de contourner les voies officielles d’expression personnelle. En tissant des liens grâce à internet, son travail de défense de la liberté d’expression prend une forme innovante, touche le monde entier et permet à sa façon de faire bouger les choses en Chine. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’artiste a été emprisonné le 3 avril 2011 par les autorités chinoises, puis libéré sous caution le 22 juin 2011. Les internautes se mobilisent sans cesse pour le soutenir, avec des soutiens symboliques, telle qu’une campagne de nudité mais aussi financiers qui ont permis à l’artiste de récolter près d’1,7 millions d’euros pour racheter sa liberté.

 

Du web au musée

Dans le cadre de l’exposition du Jeu de Paume, retrouvez certaines photographies de l’artiste en ligne sur le site du musée, dont la plupart viennent directement du téléphone portable d’Ai Weiwei. Un plongeon dans l’univers plein d’humour et de dérision de l’artiste, mais aussi dans un Chine moderne, qui se construit en contournant les obstacles. Certains clichés témoignent également de la violence de la répression, avec des images prises sur le vif. D’autres contenus sont également disponibles, tels que des entretiens, des photos et une expérience interactive vous invitant à poster une photo de vous, portant les lunettes de l’artiste. Plus de vidéos sont également disponibles sur le site du Magazine du Jeu de Paume.


Free Ai Weiwei : site de soutien consacré à Ai Weiwei

Le site personnel de Ai Weiwei

 Le blog de Ai Weiwei en chinois

photo : wu fake via photopin cc

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné