Articles

La formation à distance : avenir objectivement prometteur dans les écoles

Face à une pénurie inéluctable d’enseignants et des budgets limités, l’utilisation de la formation à distance comme appoint s’imposera tout naturellement. Autant mieux s’y préparer.

Par Denys Lamontagne , le 11 avril 2012 | Dernière mise à jour de l'article le 09 mai 2012

Dans le récent rapport Eurydice «Chiffres clés de l'éducation 2012 - Principaux développements des systèmes éducatifs européens au cours de la dernière décennie» (.pdf), on peut consulter diverses données sur l’âge de fréquentation obligatoire de l’école, qui a tendance à augmenter, sur l’autonomie administrative des institutions, qui a aussi tendance à augmenter, ce qui est une bonne chose*, et enfin sur la dynamique des ressources humaines (les professeurs).

Plusieurs facteurs convergent vers une pénurie de professeurs :

  • l’âge moyen des professeurs ne cesse d’augmenter et de plus en plus de professeurs prennent leur retraite aussitôt qu’ils en ont la possibilité;
  • le nombre moyen d'heures d'enseignement actif augmente;
  • l’attractivité de la profession d’enseignant diminue et le salaire demeure stable;
  • le nombre de diplômés en enseignement diminue de façon importante;
  • l’exigence de qualité augmente et le contrôle de la qualité s’étend;
  • la pression pour la qualification de la population augmente; les employés qualifiés sont en demande partout;
  • les finances publiques sont en déficit généralisé.

Cette pénurie de professeurs a déjà commencé à se manifester depuis 2009 dans certains pays.

Même un politicien peut comprendre que le statu quo ne tiendra plus très longtemps et qu'il faudra faire différemment si on veut à la fois répondre aux besoins de formation et réussir à le faire dans des paramètres budgétaires qui permettent une accessibilité universelle.

La formation à distance à la rescousse

 
Dans la majorité des pays des freins réglementaires à l’utilisation de la formation à distance sont en place; de plus ces freins font souvent partie d’ententes implicites et de points de négociation entre les administrations et les syndicats de professeurs.

Il faudra nécessairement en venir à renégocier des points pour faire changer les choses. La formation à distance passe graduellement du coté de la solution plutôt que du problème; il va de soi qu’on discute de son aménagement plutôt que de sa négation.

La FAD peut apporter bien des avantages dans les classes, entre autres :

  • dans une pédagogie inversée (temps de classe pour discussion et travaux, temps en ligne pour transmission du contenu);
  • pour une pédagogie plus individualisée, affranchie du rythme moyen du groupe;
  • pour un élargissement de l’offre de contenu et de méthodes;
  • par le développement de l’autonomie et de l’entraide des apprenants, chaque étudiant peut-être mis à contribution dans son propre apprentissage;
  • par une diminution des coûts pour peu que la taille des initiatives soit suffisante;

Bien d’autres arguments de différentes natures peuvent être invoqués. Mais le fait est que le potentiel de la FAD dans les écoles est immense et qu’on peut s’attendre avec une haute probabilité qu’il soit utilisé.

En pratique

 
Actuellement, l’offre de cours à distance est relativement faible aux niveaux primaire, secondaire et professionnel. Cependant un certain nombre de professionnels formés dans le développement de tels cours sont déjà sur le marché et plusieurs programmes de formation en place peuvent répondre à une éventuelle demande à court terme. Pas de problème majeur appréhendé de ce coté; par contre, en classe, la difficulté se manifeste plus clairement.

Il va de soi que l’utilisation de la FAD dans une classe implique à la fois la formation graduelle des professeurs et des apprenants.  On ne parle pas ici de tableau blanc ou de consultation d’Internet mais bien du suivi d’un cursus en ligne accompagné et animé par un professeur.

Existe-t-il un seul programme ou cours de formation des maîtres en ce sens ? Il faudra en mettre au point, développer des formules d’implantation et de diffusion graduelle, des mesures d’évaluation et des outils administratifs permettant de profiter du plein potentiel de la FAD, autant pour le suivi des étudiants que pour l’avancement professionnel des professeurs et leur travail en réseau. De tels outils existent au niveau corporatif, certains peuvent être adaptés d'autres développés pour des usages spécifiques.

Le chantier est à la fois important et stimulant. On a encore le temps de bien faire les choses à condition de s’y mettre rapidement.  Europe, Afrique, Amérique, la situation est peut-être différente, mais partout la FAD peut apporter ses avantages de façon efficace et professionnelle. Ce qui est sur est que d’option, la FAD est sur le point de devenir nécessité.

On peut passer de l'ère artisanale à l'ère numérique en éducation avec tous les bénéfices, étudiant par étudiant, professeur par professeur.


Rapport Eurydice : Chiffres clés de l'éducation 2012 - .pdf


Note * «La clé de l’amélioration réside principalement dans l’accroissement des marges de manoeuvre laissées aux structures régionales et aux établissements.»

«Il semble que les réformes visant à décentraliser le système éducatif, à promouvoir plus de démocratie à l'école et à accorder plus d'autonomie pédagogique aux établissements scolaires offrent un cadre plus favorable qui permet d'amplifier les effets bénéfiques des dispositifs.»

dans Liberté d’apprendre et succès éducatifs - Études convergentes

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné