Articles

Optimiser l'occupation des locaux éducatifs

Passer de 47 % à 91 % de temps d’utilisation, satisfaire les nouveaux usages et les nouvelles pratiques, c’est possible.

Par Denys Lamontagne , le 11 avril 2012 | Dernière mise à jour de l'article le 09 mai 2012

«Il y a 10 ans, l’Université Carleton (Ottawa, Canada) avait un taux d’occupation de ses salles de classe de 46 pour cent, c’est-à-dire qu’elles étaient occupées moins de la moitié du temps pendant les heures d’ouverture de l’Université; un taux d’occupation de 70 pour cent est considéré comme une pratique exemplaire dans ce domaine. L’automne dernier, grâce à des efforts concertés comprenant l’utilisation d’un logiciel de gestion d’horaire, l’adoption d’une nouvelle politique et des interventions visant à assurer la collaboration des professeurs, le taux d’occupation à l’Université Carleton est grimpé à 91 pour cent.»

Comment ils y sont arrivés est une histoire de volonté politique et de moyens, car on y a mis les efforts nécessaires : optimiser l’utilisation était nettement moins coûteux que de louer ou de construire d’autres espaces.

Dans cette université, l’accroissement du nombre d’étudiants et la transformation des pratiques ont été le moteur de cette volonté de changement : il fallait accommoder les étudiants et les professeurs. Cette situation n’est pas unique à cette université.

Des nouvelles pratiques

 
La transformation des pratiques pédagogiques implique l’utilisation d’un plus grand nombre de petits espaces, bien équipés en technologies. On imagine aisément que la gestion efficace d’un plus grand nombre d’espaces aux caractéristiques diversifiées nécessite un outil logiciel de qualité et souple, chaque département tenant à son autonomie.

Si la multiplication des espaces est un moyen de répondre aux demandes, la durée des périodes standards d'utilisation en est un autre. En déterminant des périodes standards (Ex.: 1 heure), on s’assure qu’il n’y ait pas de trous de 15 minutes ou d’une demi-heure dans les horaires d’utilisation des espaces.

Si les cours peuvent être enregistrés et disponibles dans Internet, les étudiants qui ne peuvent y assister ne seront pas pénalisés pour cause d’horaire incompatible, ce qui donne plus de souplesse dans la programmation des périodes de cours.

Priorités

 
Restent les plages d’utilisation : 8 heures le matin, 16 heures, 17 heures, 21 heures ne sont pas les périodes les plus populaires. À qui accorder la priorité de choix ?  Ce sera assurément un point de négociation.  Les besoins des étudiants sont généralement prioritaires mais certaines situations de professeurs peuvent l’être aussi... d'où la nécessaire communication et participation des professeurs et des départements à la gestion des espaces.

Référence : Maximiser l’utilisation des salles de classe

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné