Articles

L'infographie, info ou intox ?

Les infographies sont séduisantes, mais sont-elles justes ? Attention à ne pas succomber à l'attrait du visuel en oubliant la fiabilité des informations...

Par Alexandre Roberge , le 22 avril 2012 | Dernière mise à jour de l'article le 23 avril 2012

C'est l'un des adages les plus connus : une image vaut mille mots. Ce qui explique la vogue des infographies, représentations graphiques et esthétiques de données chiffrées. Que ce soit pour dresser un portrait des bacheliers français ou prendre la mesure de la consommation planétaire instantanée de produits technologiques, l'infographie semble être devenue la représentation la plus accessible de données originales.

Mais en mars 2012, le site Internet Techni, dans son éditorial, posait la question suivante : les infographies sont-elles en train de gâcher le Web?

Simplifier pour mieux transmettre

 

Comme le souligne Techni, les infographies ont cette qualité exceptionnelle de résumer en quelques images et termes associés, des sujets très complexes. Leur succès, démultiplié par la réseaux sociaux, n'a donc rien d'étonnant.

Par exemple, on sait que la France vit actuellement un moment important : une élection présidentielle. Sur le blogue Matière Primaire, on trouvera le score réalisé par les candidats, leur âge, leur origine politique, leur position par rapport à différents sujets de société, etc. Ceci, sous des formes immédiatement lisibles.

L'infographie est moins aride qu'un texte, plus consultée et mieux comprise par les internautes. L'image d'un ordinateur de bureau tombant au sol par exemple, est beaucoup plus évocatrice du recul de cet outil face aux terminaux nomades qu'un long rapport écrit. C'est d'ailleurs pourquoi les blogueurs aiment, ajoutent et, dans certains cas, défendent l'utilisation d'infographies sur Internet.

Et l'exactitude dans tout ça?

 

Mais l'infographie est aussi sujette à critique, dans la mesure où rien ne garantit l'exactitude des données ainsi mises en scène. Déjà, certaines infographies servent à des fins partisanes. Par exemple, comme le montre ce blogueur, durant la campagne électorale française, les infographies ont été utilisées autant pour critiquer le quinquennat du président sortant Nicolas Sarkozy que pour le valoriser. Certes, il est de bonne guerre en politique de se battre à coups de chiffres, mais cela peut vite devenir démagogique lorsque les données chiffrées sont sorties de leur contexte.

Cette propension partisane se vérifie dans bien d'autres domaines. Un blogueur français s'est amusé à corriger entièrement une infographie qui circulait sur la toile sur l'utilisation des téléphones portables, qui affichait une liste d'erreurs factuelles effarantes. Ce qui conduit l'auteur du billet sur Techni à demander l'affichage des sources d'information au bas des infographies.

Les étudiants de trois écoles européennes appliquent cette règle pour la construction d'infographies diverses sur des sujets controversés. On trouvera de beaux exemples de leur travail sur le site Controversies. Voyez par exemple le site dédié à la controverse autour des boissons énergisantes : les auteurs ont privilégié le visuel sans éliminer le texte, et le tout est efficace. 

En dépit de contre-exemples de ce genre, nombre d'observateurs estiment que  l'infographie est devenue un sujet de moquerie et un modèle dépassé qui disparaîtra du Web dans les prochaines années.

L'infographie du futur

 

Condamnée à mourir, l'infographie? Pas nécessairement. Mais elle devra se moderniser et gagner en rigueur. Certains experts mettent en garde les entreprises sur les dangers d'une mauvaise infographie et les impacts possibles sur leur chiffre d'affaire. Pour ne pas tomber dans ce piège, il est fortement recommandé de s'assurer de la fraîcheur des informations communiquées, de croiser les sources, de soigner la dimension graphique, etc. Autant de conseils de bon sens qui permettront sans doute d'améliorer la qualité des infographies.

Mais allons plus loin. Comment l'infographie va t-elle évoluer ? Le site Co.Design s'est penché sur la question et a repéré trois évolutions à venir dans ce domaine :

  1. Une utilisation accrue du HTML 5, pour augmenter l'interactivité sur les infographies.
  2. La visualisation des données en temps réel qui donnera notamment la possibilité aux entreprises de montrer l'évolution de la popularité de leurs produits sur les réseaux sociaux.
  3. Un croisement de l'infographie avec la vidéo, qui aboutira à la visualisation dynamique de données.

 

Pour Ross Crooks, auteur de l'article, l'infographie a encore de beaux jours devant elle, grâce à la libération d'une nombre croissant de données qui doivent être traitées et mises en scène pour devenir accessibles au plus grand nombre. Mais la dimension éthique doit impérativement être associée à la dimension esthétique. L'internaute devra pour sa part se forger un esprit critique pour aborder ce support d'information sans naïveté.

Source : 

« L’infographie, pépite ou fléau du net ? », Eléonore Sok-Halkovich, Festival SXSW, ESJ Lille, 13 mars 2012.

Illustration : stahlmandesign via photo pin cc 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné