Articles

Publié le 08 mai 2012 Mis à jour le 06 juin 2012

Quel est le meilleur traducteur automatique en ligne et gratuit ?

Un test effectué sur 12 applications de traduction automatique en ligne et gratuites.

Sur le site redaction.be, Jean-Marc Hardy nous a offert en avril dernier les résultats d'un exercice fort utile : la comparaison des traducteurs automatiques en accès libre. Il a soumis à 12 applications en ligne de traduction automatique 25 fragments de texte en anglais, en demandant une traduction vers le français. Les textes comprenaient 267 erreurs possibles, selon l'estimation de J. M. Hardy. 

Les résultats de ce test devraient être lus par tous les élèves et étudiants qui se déchargent volontiers de leurs rédactions en langues étrangères sur ces outils providentiels. Car aucune application n'a réussi le sans-faute. Google traduction arrive en tête du classement, car c'est l'application qui possède la plus grosse base de données linguistiques, compte-tenu du nombre des utilisateurs des produits Google. Néanmoins, le résultat est loin d'être parfait.

J.M. Hardy ne se contente pas de rendre compte de la correction linguistique des résultats fournis par ces applications. Pour chacune d'elle, il analyse l'ergonomie de l'espace de travail : taille des fenêtres de texte, espace consacré aux publicités, accès aux commandes. Là encore, c'est Google traduction qui obtient les meilleurs résultats, grâce à son interface dépouillée, sa rapidité et ses fonctions originales. 

Conclusion : on évitera d'accorder toute sa confiance à un seul outil de traduction automatique... et on se tournera en priorité vers Google traduction si l'on ne craint pas de voir ensuite ses données réutilisées par le monstre Google. 

 

Deuxième test. Et le gagnant est...

Néanmoins, en dépit de la rigueur avec laquelle a été réalisé ce test, dont tous les résultats détaillés sont accessibles, il faut bien admettre que Google Traduction n'est pas systématiquement meilleur que les produits concurrents.

Nous nous sommes nous aussi livré à un petit test comparatif, beaucoup plus bref que celui d'Hardy. Nous avons pour cela utilisé le portail La Traductrice, qui permet de choisir le service de traduction automatique que l'on souhaite utiliser. Nous avons donc soumis le même fragment de texte en anglais à 5 services de traduction automatique et gratuite en ligne : Google traduction, Yahoo Babel Fish, Reverso, World Lingo et Linguatec. Nous avons demandé une traduction vers le français. 

Le texte source était extrait d'une entrevue avec Mitchell Baker (l'une des créatrice de Firefox), publiée sur le site Wired. M. Baker y évoque, dans un langage courant, la situation de monopole dans laquelle se trouvait Microsoft Explorer avant l'apparition de Firefox :

Consumers were interested in getting to the web and the only way to get there was through this tool, which was insecure — one of the most risky pieces of software you could put on your machine! A vector for all sorts of terrible stuff for which there was no competition. And for which there was no rational economic model for competition.

On constate d'emblée que la difficulté de traduction ici ne tient pas au vocabulaire employé, mais à la syntaxe de l'anglais, qui ne peut évidemment être reproduite telle quelle en français. 

Voici les résultats du test, classés par traducteur :

Google traduction :

Les consommateurs étaient intéressés à obtenir sur le Web et la seule façon d'y arriver était grâce à cet outil, qui était l'insécurité? l'une des pièces les plus risquées de logiciels que vous pourriez mettre sur votre machine! Un vecteur de toutes sortes de choses terribles pour lesquels il n'y avait pas de concurrence. Et pour laquelle il n'y avait pas de modèle économique rationnel pour la compétition.

 

Yahoo Babel Fish :

Les consommateurs étaient intéressés à obtenir au Web et la seule manière d'y arriver était par cet outil, qui était peu sûr - un des morceaux de logiciel les plus risqués que vous pourriez mettre dessus votre machine ! Un vecteur pour toutes les sortes de substance terrible pour lesquelles il n'y avait aucune concurrence. Et pour ce qui là n'était aucun modèle raisonnable pour la concurrence.

 

Reverso :

Les consommateurs se sont intéressés à l'obtention au Web(tissu) et la seule façon d'arriver il y avait par cet outil, qui était peu sûr - une des pièces les plus risquées de logiciel vous pourriez mettre votre machine! Un vecteur pour toutes sortes du truc(de la substance) épouvantable pour lequel il n'y avait aucune compétition(concurrence). Et pour lequel il n'y avait aucun modèle économique raisonnable pour la compétition(concurrence).

 

World Lingo :

Les consommateurs étaient intéressés à obtenir au Web et la seule manière d'y arriver était par cet outil, qui était peu sûr - un des morceaux de logiciel les plus risqués que vous pourriez mettre dessus votre machine ! Un vecteur pour toutes les sortes de substance terrible pour lesquelles il n'y avait aucune concurrence. Et pour ce qui là n'était aucun modèle raisonnable pour la concurrence.

 

Linguatec  :

Les consommateurs s'intéressaient à parvenir à la toile et la seule façon pour y parvenir était par cet outil, qui était incertain - un de les la plupart des morceaux risqués de logiciel que vous pourriez mettre sur votre machine! Un vecteur pour toutes les sortes de truc terrible pour lequel il n'y avait aucune compétition. Et pour lequel là aucun modèle économique rationnel, n'était-il pour la compétition.  

 

Le traducteur humain !

En lisant chacune de ces propositions, on comprend certes le sens, mais on comprend aussi qu'il est impossible d'utiliser la traduction telle quelle. Le début du texte en particulier, a tenu en échec tous les traducteurs automatiques : aucun n'a été en mesure de traduire "getting to the web" par "accéder à la toile". Idéalement, il faudrait extraire les meilleurs passages de chaque proposition pour recomposer un texte relativement acceptable. Puis effectuer une très sérieuse correction de la syntaxe et du vocabulaire, pour que le texte final semble enfin rédigé en un français courant, comme le texte source qui, rappelons-le, transcrit une conversation orale. 

Mais plutôt que de réaliser toutes ces laborieuses opérations, ne vaut-il pas mieux traduire soi-même le passage, surtout si l'on doit le soumettre à un professeur ou aux lecteurs de son site Internet ?

Traducteurs en ligne : le comparateur 2012. Jean-Marc Hardy, redaction.be, avril 2012.

Illustration : capture d'écran réalisée sur World Lingo.


Mots-clés: Résultats Traduction automatique Comparaison Traduction accès Exercice Traducteurs Jean-marc Hardy Site redaction.be

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !