Articles

Sénégal : alphabétisation féminine, SMS inclus

Un programme d'alphabétisation des femmes et des jeunes filles vient de démarrer au Sénégal. Objectif : savoir lire, écrire, compter... et envoyer des SMS

Par Louis-Martin Essono , le 27 mai 2012 | Dernière mise à jour de l'article le 27 juin 2012

L'alphabétisation des classes sociales les plus fragiles constitue encore en Afrique une priorité. Les statistiques habituelles indique que le groupe le plus défavorisé est celui des femmes et des jeunes filles. Colloque après colloque, on répète pourtant à l'envi les multiples bienfaits liés à l'alphabétisation des femmes et des filles : familles moins nombreuses, emplois mieux rémunérés, amélioration de la santé des enfants... Mais on sait que les colloques ne reflètent jamais la réalité. Et les femmes restent analphabètes. L'histoire de cette femme du Cap-vert, ressemble à celle que me contait ma mère. "Si j'avais pu aller à l'école..."

 

Un partenariat public - privé pour l'alphabétisation des femmes au Sénégal

Raison de plus pour saluer l'initiative prise par l'Unesco, Procter et Gamble, les acteurs éducatifs et médiatiques de la société civile et enfin le ministère de l'éducation sénégalais en faveur de l'alphabétisation des filles. Le PAJEF (projet d'appui à l'alphabétisation des jeunes filles et des femmes) a officiellement démarré le 30 janvier 2012, avec l'ouverture de 100 classes d'alphabétisation dans 7 régions du Sénégal. 3000 femmes et jeunes filles devraient bénéficier de cette première vague. A terme, 10 000 bénéficiaires devraient être alphabétisées, nombre jugé significatif pour créer une dynamique et conduire au moins 20 000 autres femmes et jeunes filles sur les chemins de la lecture et de l'écriture.

Ce projet se distingue des dizaines d'autres qui l'ont précédé non seulement parce qu'il est le fruit d'une cooopération intéressante entre pouvoirs publics, organismes internationaux, société civile et secteur privé (Procter et Gamble versant 750 000 dollars sur deux ans), mais aussi parce qu'il est directement branché sur la vie quotidiennte moderne. Les acteurs des médias éducatifs et communautaires sénégalais ont en effet été invités à concevoir et diffuser les supports de l'alphabétisation. Parmi les canaux privilégiés, soulignons la place du téléphone portable.

 

Motivation : garder ses SMS secrets !

Les Sénégalaises de tous âges ont comme leurs consoeurs d'autres pays un attachement fort pour le téléphone portable, notamment grâce à la possibilité d'envoyer ou de recevoir des SMS, messages discrets qui entretiennent un sentiment d'appartenance à un groupe d'amis. Mais quand on ne sait ni lire ni écrire, comment fait-on ? On utilise un intermédiaire pour qu'il écrive ou vous lise les SMS. Le plus souvent, il faut payer le service : 100 FCFA. C'est peu, mais à la longue, c'est un vrai budget. On imagine donc la motivation des apprenantes en découvrant qu'une partie des leçons d'alphabétisation sera dispensée sur téléphone, et que dans quelques mois, elles pourront se passer des services d'un tiers pour gérer leurs messages ! "Une femme m'a dit que l'alphabétisation lui permettra de garder ses secrets. Aujourd'hui, elle doit demander à quelqu'un d'écrire et de lire les SMS pour elle" souligne Mme Diawara, responsable du PAJEF au bureau de l'Unesco à Dakar

Les bénéficiaires du programme ont tout autant envie et besoin d'apprendre à calculer : nombre d'entre elles sont commerçantes ou amenées à vendre les produits de leurs activités agricoles. Là encore, elles doivent faire appel à des intermédiaires pour calculer les prix, au risque de se faire gruger.

Voici donc un programme solidement ancré dans la réalité quotidienne des femmes et jeunes filles sénégalaises. Souhaitons à son équipe et à ses bénéficiaires d'atteindre les meilleurs résultats. 

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné