Articles

Comme en Allemagne, privilégier les études techniques

Chômage étudiant et tendances sociales lourdes

Par Denys Lamontagne , le 29 mai 2012 | Dernière mise à jour de l'article le 27 juin 2012

Des formations branchées sur les pratiques

L’exemple allemand sert de toile de fond à plusieurs réflexions sur l’insistance de nos sociétés à privilégier les formations universitaires avancées au détriment des formations techniques.

L’Allemagne est le seul pays européen à voir baisser le taux de chômage des moins de 25 ans. Pourquoi ? Essentiellement en raison de ses politiques de formation de la main-d’oeuvre dans les métiers techniques. L’offre y est abondante, variée et a de quoi faire réfléchir n’importe qui en termes de carrière.

Surendettés et subventionnés

Les emplois de terrain pour les gens compétents se créent plus facilement que des emplois subventionnés, qu’ils soient fonctionnaires, cadres ou universitaires, pour la simple raison qu’ils s’autofinancent. Dans des sociétés où presque tous les états sont surendettés et déficitaires, privilégier les études supérieures longues menant à des emplois dans les structures subventionnées ne fait qu’affaiblir la structure sociale au complet, comme un arbre dont les branches sont trop grosses pour le tronc.

Si dans plusieurs pays on manque de soudeurs spécialisés, d’opérateurs de machines programmables et de techniciens d’entretien, en Allemagne on en forme et on les occupe. Même constat dans les domaines de la santé, de la restauration ou de la finance.  Avec l’arrivée prochaine des robots travailleurs et une société vieillissante, ce sont des millions d’emplois techniques qui seront disponibles pour des gens compétents et formés et qui se perfectionneront de façon continue tout au cours de leur vie. Les diplômés techniques continuent d'apprendre et peuvent même générer des chercheurs des plus compétents, les exemples sont nombreux.

Dans le contexte actuel, l’investissement dans les universités les plus prestigieuses ne vaut probablement pas celui qui est réalisé dans les universités techniques. La participation à la «Ligue des Champions» des universités est ruineuse quand il s’agit d’attirer des professeurs à 200 000 euros par année alors que pour le même prix on peut en obtenir plusieurs, peut-être moins prestigieux mais souvent meilleurs enseignants et praticiens et ainsi pouvoir former plus d’étudiants compétents avec des emplois à la clé.

Statut au mérite

Il semble que les études soient surtout perçues comme un moyen d’obtenir un statut plutôt que d'occuper une fonction utile, productive ou aidante.  Un statut s’obtient normalement par la réussite à une fonction. Obtenir un changement d’attitudes par rapport aux études techniques apparaît essentiel autant chez les administrateurs universitaires que dans la population et les étudiants, en y incluant les études techniques à distance.


L’illusion académique - Les Échos

15 propositions pour l'emploi des jeunes et des seniors (.pdf) - Institut Montaigne

Chômage des jeunes record en 2012, pas de décrue avant 2016... au mieux


Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné