Articles

Classements mondiaux des universités : une certaine conception des études.

Meilleurs chercheurs, meilleurs installations = meilleurs diplômés. L’équation est-elle juste ?

Par Denys Lamontagne , le 29 mai 2012 | Dernière mise à jour de l'article le 27 juin 2012

Les classements des universités établissent les réputations et les réputations influencent nombre de décisions.  Si une université figure dans le 100 premières, elle s’en vante avec raison, dans les 10 premières, c’est la consécration.  Qui n’en serait pas fier ?

Des critères d’évaluation

À parcourir les classements internationaux des universités on comprend rapidement que ce qui est valorisé par ces classements est la capacité à produire des résultats de recherche (publications scientifiques, Nobels, budget, brevets, réputation, etc.). Si certains classements considèrent le budget et le nombre d’étudiants, c’est avant tout afin de pondérer leur capacité financière à supporter la recherche.  

Un seul classement échappe à cette logique : celui de Paris Tech, qui considère le nombre de diplômés qui travaillent dans les entreprises du Fortune 500. Critère qui suppose une certaine qualité d’enseignement mais aussi une orientation philosophique et une certaine conception de la réussite.

En quoi la capacité à produire des résultats de recherche a t-elle un rapport avec l’enseignement ? En cette ère d’Internet, le rapport est de moins en moins évident.  La capacité de bien enseigner dépend des équipes pédagogiques bien plus que des équipes de recherche, particulièrement aux niveaux des licences-bac et même des maîtrises. Un équilibre de prestige entre la recherche et l'enseignement est souhaitable.

Alors, en attendant un classement mesurant la valeur didactique des universités,

  • les étudiants qui terminent leur secondaire devraient appuyer leur choix d’université sur d’autres critères que ceux de ces classements internationaux ou nationaux; au doctorat c’est autre chose.
  • les gouvernements pourraient séparer leur critères de financement selon l’effort didactique des universités et celui de leur recherche, dans le meilleur intérêt des étudiants et  de la société; des diplômés compétents sont appréciés indépendamment de la valeur de la recherche;
  • les directions universitaires pourraient valoriser les professeurs enseignants dans le même ordre de grandeur qu’ils valorisent les professeurs chercheurs. Ainsi la fonction éducative des universités pourra être reconnue par la population.


Un classement didactique

Ceux qui produisent ces classements le font en partie par sondage et par la consultation des bases de données bibliographiques et les statistiques du web.  La production des classements nécessite des données comparables et préférablement ne provenant pas directement des institutions mais plutôt de leur résultats publics.

Mesurer la valeur didactique d’une université devrait pouvoir se faire à partir :

  • de l’importance de son équipe de support aux enseignants et aux enseignements;
  • de ses publications didactiques (manuels, sites de cours, vidéos de formation) et de leur utilisation;
  • de son activité web publique;
  • de ses diplômés qui travaillent dans leur domaine d’étude;
  • de l’investissement éducatif par étudiant.


En séparant les investissements de recherche de ceux de l’enseignement, les étudiants auront une meilleure idée de ce qui les attend à l’accueil. Les résultats de classement risquent d’être très différents.

Classement mondiaux

Plusieurs classements nationaux sont également disponibles.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné