Articles

Publié le 11 juin 2012 Mis à jour le 30 octobre 2020

Du Net art à l’art numérique

Quelques pistes pour cerner les contours du net.art et son rôle dans la société

Les pionniers de l’art sur Internet semblent avoir cédé la place aux très nombreux artistes qui exploitent les technologies numériques dans les espaces physiques. Pourtant, on constate une continuité de fonction et d’esprit entre ces artistes, et leur résistance aux formes traditionnelles de commercialisation de l’art.

L'art numérique, est-ce comme la photo numérique, la musique numérique, voire même la pédagogie numérique ? Regroupe-t-on sous cette appellation une pratique finalement ancienne, améliorée sans être radicalement transformée par les outils et supports numériques ?

Ou bien, comme la photo numérique, la musique numérique, voire la pédagogie numérique, l'art numérique a-t-il repoussé les limites de l'art ? S'agit-il d'une création non seulement de nouvelles œuvres, mais de nouvelles formes d'art, dans la mesure où les outils numériques apportent avec eux des changements fondamentaux de langages, d’écritures et de relations ?

On peut définir l’art numérique de manière très simple : toute forme d’expression artistique basée sur l’utilisation du code informatique. On peut aussi y ajouter de multiples caractéristiques. Son interactivité, par exemple. Le fait que le public soit généralement plus acteur que spectateur des œuvres.

Un MOOC réalisé par le Centre des Arts d’Enghien et la Fondation Orange, Art et Création numérique, explore différentes formes d’art numérique. On y trouve aussi bien des arts visuels que du spectacle vivant, de la musique, du théâtre, des hologrammes, des robots... Le point commun entre toutes ces œuvres, outre l’utilisation du code informatique, tient à leur fonction critique : elles interrogent les outils-mêmes qu’elles utilisent, et la manière de faire société qui résulte de leur utilisation.

Le Net art, depuis la naissance d’Internet...

Si les artistes exploitent les technologies numériques depuis les années 60, l’arrivée d’Internet a permis l’émergence de formes artistiques spécifiques, regroupées sous le nom de Net art.
La définition du Net art est donnée par Jean-Paul Fourmentraux, l’un des meilleurs connaisseurs du genre :

« Depuis la seconde moitié des années 1990, le Net art désigne les créations interactives conçues par, pour et avec le réseau Internet, par opposition aux formes d’art plus traditionnelles transférées sur le réseau ».

Le Net art est né avec l’irruption d’Internet, au milieu des années 1990 – Comme le site Thot, d’ailleurs ! On trouve encore en ligne quelques sites artistiques survivants de cette époque, à l’esthétique reconnaissable entre toutes. Sur le site 404.jodi.org, œuvre de deux artistes néerlandais, l'un des plus anciens encore en activité, on voit le fameux code d'erreur 404 transformé en œuvre d'art. A la même époque, Vuk Cosic, artiste né en Serbie, transforme certaines œuvres iconiques de la culture visuelle occidentale en pictogrammes d'aéroport.

My Boyfriend Came Back from The War est une œuvre interactive née elle aussi en 1996. Elle est toujours en ligne et a inspiré des générations entières d’artistes. En 2016, une exposition a réuni l’œuvre originale et ses nombreux dérivés.

L’excellent site américain Rhizome propose une anthologie du net art. Chose rare, elle court jusqu’en 2019 et propose donc des œuvres récentes.

Le Net art est-il à vendre ?

Le Net art est certes moins en vogue que dans les années 2000. Ceci, alors que les formes artistiques numériques se multiplient dans les espaces physiques. Toutes les galeries d’art contemporain se doivent d’exposer de l’art numérique. Mais les installations coûtent cher, leur maintenance est complexe... et l’œuvre sur support numérique est facilement reproductible.

Raison pour laquelle il est difficile de vendre de l’art numérique aux collectionneurs :

« Il faut établir une charte. Déterminer ce qu’est une œuvre numérique car pour qu’il y ait collection, il faut qu’il y ait possession, pour qu’il y ait possession et marché, il faut que l’on puisse revendre. Pour le moment, le plus pratique, c’est l’établissement d’un certificat de vente avec les indications d’usage »,

dit Pierre Cornette de Saint Cyr, célèbre commissaire-priseur français, dans un article d’Arts Hebdo Médias de 2010 .

Il semble d’ailleurs plus facile de faire admettre l’absence d’auteur que l’absence de prix aux collectionneurs. En octobre 2018, la première peinture générée par une intelligence artificielle  a été vendue plus de 430 000 dollars chez Christie’s. La production de l’IA avait revêtu tous les attributs matériels de la peinture classique, ce qui peut en partie expliquer son prix.
 
Né d’Internet et n’en sortant pas, le Net art se déploie dans un espace affranchi des contraintes institutionnelles que représentent les galeries, les musées, les collectionneurs, les théoriciens de l'art. L'œuvre est accessible en ligne, en tout temps et en tous lieux, par des milliers de visiteurs (théoriques) simultanément. En ce sens, c'est l'unicité de l'œuvre d'art qu'elle interroge, mais aussi ce qui est en jeu sur la toile, à savoir l'existence d'espaces fermés, contrôlés, marchands.

Duchamp, en son temps déjà...

On peut rattacher le Net art à des mouvements artistiques antérieurs. La référence à Marcel Duchamp apparaît comme incontournable, une fois de plus : en exposant un urinoir renversé, accompagné de tous les codes de représentation des œuvres d'art académiques, ce dernier a, dès 1917, signifié que tout artefact pouvait devenir œuvre d'art à partir du moment où un artiste le désignait comme tel; c'est sa démarche qui importe ici, bien plus que l'objet lui-même.

De la même façon, les artistes du Net art nous font regarder autrement les technologies numériques qui désormais sont parties intégrantes de toutes nos activités. Et c'est bien le rôle essentiel des artistes dans nos sociétés, non de décorer nos murs, mais d'interroger le monde dans lequel nous évoluons, et ses transformations :

"il faut bien constater que bien au- delà de la simple numérisation des activités existantes auparavant, les artistes du numérique mènent une réflexion souvent pertinente sur l’utilisation de ces technologies. Que ce soit sur la nature de l’image numérique, sur la relation à l’espace et au temps, sur la structure du réseau et sur la place qu’y occupent le corps et la sensorialité, mais aussi sur les concepts d’auteur, d’œuvre, de receveur, ainsi que sur leurs relations, tout comme sur les changements apportés à la communication, cet art a beaucoup à nous dire. Parce qu’ils s’adressent au sensible, les artistes du numérique ont la capacité de porter à la perception de chacun les modifications des relations au monde apportées par les TIC. Ils jouent en quelque sorte un rôle de médiateur ou un rôle de vigie (comme le pensait d’ailleurs Mac Luhan)",

affirme Marie Serindou, fine observatrice de l’art numérique depuis plus de 10 ans .

Internet n’est plus le merveilleux terrain de jeu qu’il semblait être lors de son apparition. Mais en cherchant bien, on y trouve encore des espaces de création qui, comme tous les véritables mouvements alternatifs, ont besoin de la pénombre pour exister et se développer. Il serait dommage de les ignorer. Certaines références citées ci-dessous vous invitent à les fréquenter.

Illustration titre : site intotime.com, Rafaël Rozendaal, 2010.

Références

Articles de Jean-Paul Fourmentraux :

Net art , Communications, 2011/1 (n° 88) - https://www.cairn.info/revue-communications-2011-1-page-113.htm
Net art : Autoproduction artistique et critique numérique.  Les enjeux de l’information et de la communication, supplément 2015 B
https://lesenjeux.univ-grenoble-alpes.fr/2015/supplement-b/04-net-art-autoproduction-artistique-et-critique-numerique/

MOOC Art et Création numérique . Centre des Arts d’Enghien-les-bains, Fondation Orange, 2019. Accessible en parcours libre.
https://mooc-culturels.fondationorange.com/enrol/synopsis/index.php?id=208

404.jodi.org - http://404.jodi.org/index.html

History of art for airports, Vuk Cosic - http://www.ljudmila.org/~vuk/history/

My Boyfriend Came Back From The War -  Olia Lialina - http://www.teleportacia.org/war/

Anthologie du Net art, Rhizome - https://anthology.rhizome.org/

La fontaine, Marcel Duchamp (troisième réplique), Wikipedia
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fontaine_(Duchamp)


Mots-clés: Société numérique Arts Numériques Dessin Arts Multimédia Art Pédagogie Photo   Musique

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !