Articles

Radioscopie des ressources éducatives libres

Par Tété Enyon Guemadji-Gbedemah , le 07 avril 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 08 avril 2010

L'émission en baladodiffusion Réseau TIC consacre son épisode 46 aux ressources ouvertes comparées aux ressources d'apprentissage. Alors que les deux types de ressources sont distribuées gratuitement, elles présentent néanmoins des différences.

Comparaison ressources ouvertes et ressources d'apprentissage

Généralement, les ressources ouvertes sont distribuées sous forme de paquets, trop grands pour être réutilisés ou assemblés selon les besoins et les contextes d'utilisation. Ensuite, tout en excluant une utilisation commerciale, ces ressources ne comportent pas de référence sur les droits d'auteurs. Et enfin, elle sont rattachées à des institutions, à l'image des cours offerts par l'Opencourseware du MIT.

En revanche, les ressources d'apprentissage disposent d'un atout majeur : elles sont granularisées et proviennent de sources variées. Du coup, leur adaptation et leur réutilisation dans différents contextes éducatifs ou culturels sont grandement facilitées.

Obstacles à l'utilisation

Sur la voie de l'utilisation et de la réutilisation des contenus ouverts, se dressent cependant des obstacles.  A ce jour, peu d'enseignants disposent d'habiletés pédagogiques et techniques pour réutiliser les ressources. En conséquence, la plupart des contenus sont utilisés par les apprenants dans une approche d'auto-apprentissage ou d'apprentissage informel.

Ensuite, la durée de vie moyenne des dépôts qui n'excède pas trois ans ne promeut pas les ressources et ne permet pas de disposer de collections significatives susceptibles d'attirer les enseignants.

Trois autres obstacles limitent enfin l'utilisation des ressources d'enseignement et d'apprentissage. Il s'agit notamment des normes (Scorm, LOM, ...) utilisées dans la description de ces ressources, de leur classification disciplinaire et des difficultés liées aux droits d'auteur.

Les efforts entrepris au sein du comité ISO/CEI SC36 autour de la norme MLR "Metadata for Learning Resources" vise à pallier les obstacles ci-dessus mentionnés "en favorisant la recherche simultanée au sein de plusieurs dépôts, en définissant des descripteurs communs et en soutenant les outils sémantiques capables de résoudre le puzzle des applications des niveaux scolaires et des disciplines propres à chaque juridiction".

Impact sur les institutions

Seize pour cent des apprenants du MIT déclarent utiliser les ressources de leur institution pour planifier leurs études; 35% des nouveaux étudiants connaissaient le projet Opencourseware avant de s'inscrire et signalent qu'il a joué un rôle significatif dans leur choix de l'institution. Enfin, 30% des professeurs du MIT déclarent que ce projet leur a permis d'améliorer significativement leur enseignement.

Le projet Opencourseware du MIT apporte ainsi la preuve que les institutions qui s'investissent dans la production de ressources ouvertes en retirent toujours un bénéfice, en terme de notoriété et d'efficacité. Toutefois, toute initiative de production de ressources ouvertes doit être considérée comme un service à long terme nécessitant un investissement financiers conséquent.

Que ce soient des ressources ouvertes ou des ressources d'apprentissage, nous les valorisons toutes à Thot Cursus, conscients du potentiel qu'elles offrent en matière d'enseignement et d'apprentissage.

Voir

Episode 46 : Ressources ouvertes vs ressources d'apprentissage

Episode 17 : La banque des ressources ouvertes

Crédit photo : mp_eds, Flickr, Licence CC.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné