Articles

TESSA : Education et formation des enseignants en Afrique subsaharienne

Une initiative de l'Open University du Royaume Uni pour la formation continue des maîtres en Afrique

Par Tété Enyon Guemadji-Gbedemah , le 30 septembre 2012 | Dernière mise à jour de l'article le 02 octobre 2012

En 2005, l'Open University du Royaume Uni a lancé TESSA (Teacher Education in Sub-Saharan Africa), une initiative de recherche et de développement mobilisant une douzaine d'institutions internationales et nationales autour de la problématique du déficit de formation des enseignants du primaire en Afrique subsaharienne.

Les chiffres sont parlants : En 2015, les besoins en enseignants supplémentaires au primaire atteindront plus de 18 millions dans le monde entier, dont 2,3 millions en Afrique sub-saharienne. Un tiers de ces enseignants du primaire en Afrique n'est pas qualifié ou est sous-qualifié. Et d'une manière générale, c'est un nombre considérable d'enseignants exerçant en Afrique, tous niveaux d'enseignement confondus, qui ont un besoin urgent de formation professionnelle.

On en est arrivé à cette situation lorsque, par suite de la diminution des ressources allouées au secteur de l'éducation dans nombre de pays africains, dans la foulée des programmes d'ajustement structurel et des crises financières, des instituts de formation d'enseignants ont dû mettre la clé sous la paillasson.

Depuis une dizaine d'années, pour répondre à la demande d'éducation sans cesse croissante et pour combler le vide créé par les départs à la retraite, les écoles ont dû se rabattre sur une main d'oeuvre non qualifiée, au demeurant foisonnante sur le marché de l'emploi et en quête d'un pis-aller. La conséquence est sans nul doute catastrophique pour le niveau de l'éducation dispensée aux élèves.

C'est dans ce contexte que TESSA a été initiée, pour apporter une réponse à ce problème par la coopération internationale. Deux axes majeurs de cette initiative sont la conception et l'amélioration des dispositifs de formation des enseignants d'une part et, d'autre part, la mise à disposition de ces derniers de ressources éducatives libres modulables et exploitables dans leurs contextes pédagogiques.

Ressources Educatives Libres

Le portail TESSA permet donc d'accéder à des ressources éducatives libres afin de renforcer les capacités des enseignants en fonction. Ces ressources couvrent cinq domaines de formation : compétences de la vie courante, alphabétisation, mathématiques, sciences, sciences humaines et arts. Conçues par des experts qui ont aussi élaboré le curriculum qui les accompagne, ces ressources éducatives sont disponibles en quatre langues : l'anglais, l'arabe, le français et le swahili.

Sur le portail, on trouve une version panafricaine multilingue de ces ressources génériques mais aussi des ressources spécifiques élaborées par des cellules TESSA dans une dizaine de pays dont le Ghana, le Nigéria et le Togo, pour l'Afrique de l'Ouest. Ces ressources sont téléchargeables et imprimables au format pdf.

Les ressources sont organisées en unités d'étude qui offrent une gamme d'activités de formation que les enseignants participants peuvent effectuer dans leurs classes. Deux guides ont été créés, un pour les formateurs d'enseignants et un pour les enseignants pour les aider à intégrer et à utiliser efficacement des unités d'étude dans leurs programmes, dans leurs cours ou dans leurs leçons.

Le portail TESSA abrite aussi un forum d'échanges d'idées sur la création et le partage de ressources pédagogiques. Un accent particulier est mis sur le partage via l'espace PartaTESSA qui permet aux enseignants d'explorer, de partager, d'adapter et d'ajouter leurs ressources propres pour l'éducation et la formation.

Similarité, complémentarité des projets

On ne peut pas ne pas comparer TESSA à une autre initiative qui s'adresse aux enseignants du primaire en Afrique, l'Initiative francophone pour la formation à distance des maîtres (IFADEM) en l'occurrence. Alors que cette dernière est d'inspiration francophone, la première quoique anglo-saxonne dans son essence est multilingue et multiculturelle dans son orchestration.

Même si les deux initiatives se ressemblent en divers points dans leur mise en oeuvre, il faut néanmoins relever que l'IFADEM se concentre sur l'enseignement du français d'une part, sur l'initiation des enseignants à l'utilisation des TIC d'autre part. C'est d'ailleurs grâce à cette spécialisation que Thot collabore avec le projet IFADEM, en produisant et sélectionnant des ressources utiles aux enseignants désireux d'intégrer les TIC dans leurs classes.

Le programme IFADEM est donc complémentaire de TESSA en matière de renforcement de capacités et de production de ressources éducatives libres ; laquelle complémentarité se développe aussi avec l'Association pour la promotion des ressources éducatives libres @fricaines (Apré[email protected]).

On mentionnera également le projet Sankoré, initié par des chercheurs en sciences de l'éducation, des informaticiens et des personnalités politiques français qui, en étroite relation avec leurs homologues et les enseignants d'Afrique francophone, diffuse une application libre permettant de créer des ressources pédagogiques utilisables avec un tableau blanc numérique ou tout autre équipement informatique. Les ressources créées par la communauté Sankoré sont placées sous licence libre et accessibles sur le site du projet. 

Ces initiatives ne sont donc pas à opposer mais à envisager comme des éléments d'un ensemble orienté vers un même et unique but : la formation des enseignants et la création de ressources pédagogiques de qualité.

Voir : 

Tessa : Teacher Education in Sub-Saharan Africa.

Note d'information en français sur Tessa (.pdf)

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur