Articles

Django Reinhardt à la Cité de la musique de Paris

Après Georges Brassens et Miles Davis, Django Reinhardt a son exposition à la Cité de la musique de Paris.

Par Cécile Chandran , le 09 octobre 2012 | Dernière mise à jour de l'article le 17 juin 2013

À la Cité de la musique de Paris, on consacre des expositions aux grands noms de la musique. Après les célèbres Georges Brassens et Miles Davis, artistes populaires, Django Reinhardt est un choix on ne peut plus pertinent. Celui qui a inventé le jazz manouche, qui a inspiré tant de guitaristes à travers le monde a laissé derrière lui le monde changé.

Django
Né dans une roulotte en Belgique en 1910, Django Reinhardt commence très tôt à gratter les cordes d’un banjo, d’un violon puis d’une guitare. Déjà repéré pour son virtuose, il est victime en 1928 d’un incendie qui va l’handicaper de deux doigts à la main gauche. Mais rien n’arrête le passionné qui développera une technique spéciale pour continuer à jouer. Dès 1934, il fonde avec Stéphane Grapelli et d’autres, le Quintet du Hot Club de France, puis part en tournée dans toute l’Europe. À la fin de la seconde Guerre Mondiale, il ouvre son propre club à Paris, Chez Django Reinhardt et développe sa musique grâce à l’arrivée en Europe du be-bop des américains Charlie Parker et Dizzie Gillepsie. Le musicien passe ensuite quelques années à jouer aux États-Unis, notamment avec Duke Ellington, mais vit quelques déceptions dans les formations millimétrées des jazz bands. De retour en France, Eddie Barclay lui fait enregistrer en 1953 huit morceaux pour séduire les producteurs américains, huit morceaux qui deviendront mythiques dans sa discographie. Il meurt un mois plus tard, le 16 mai 1953.

L’exposition
Guitariste exceptionnel, considéré comme l’un de meilleurs du monde, Django Reinhardt a laissé au monde un genre musical à part entière : le jazz manouche. À mi-chemin entre jazz et musique Tzigane, le jazz manouche s’est énormément développé et l’artiste est devenu un symbole héroïque de la population Tzigane opprimée pendant la guerre. Aujourd’hui, une rue porte son nom à Paris, ainsi qu’un festival et ce n’est que logique si la Cité de la musique, habituée des grandes expositions, retrace la vie de cet artiste hors du commun. Un mini site dédié a été créé à cette occasion, permettant à tous de retrouver de nombreuses ressources bibliographiques, des images et même des extraits musicaux (depuis la médiathèque en ligne de la Cité). Une exposition à ne pas manquer, mais pour ceux qui ne peuvent la visiter, l’occasion de découvrir ou de redécouvrir le fameux Django en ligne. 


Le site dédié de l’exposition
Le site de la Cité de la musique

 

Crédit photo : capture d'écran La Cité de la musique. Photo de Émile Savitry. ©Tous droits réservés. 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné