Articles

Internet au primaire, le vécu d'un instituteur chevronné

Néji Omrani se voue corps et âme à la diffusion de l'utilisation des Tice au primaire dans son pays, la Tunisie

Par Om El Khir Missaoui , le 23 octobre 2012 | Dernière mise à jour de l'article le 02 décembre 2014

Monsieur Néji Omrani, vous êtes enseignant en primaire et formateur en TICE à Jerba en Tunisie, qu'est-ce qui vous a conduit à utiliser les TIC en classe ? 

Avant toute chose, je crois que chaque époque a des spécificités et des exigences qu’elle diffuse dans le quotidien des gens. Et notre époque est bel et bien celle des technologies nouvelles. Il serait donc inapproprié de négliger cette réalité.

Ensuite, il me semble évident que l’usage des TIC motive beaucoup plus les apprenants, et en plus facilite le travail de l’enseignant. Pourquoi alors faire compliqué quand on peut faire plus simple ?

Personnellement, je suis passé par le tableau, l’ardoise et la craie. Mais dès que j’ai essayé l’outil informatique, j’ai constaté la différence dans le comportement de mes élèves, et dans mon rendement personnel. C’est déjà un plaisir personnel de goûter aux délices des TIC et c’est une joie supplémentaire de voir les enfants plus engagés et plus inspirés, regardant l'apprentissage d'un point de vue différent... et par conséquent travailler beaucoup plus, comprendre beaucoup mieux, et attendre le prochain cours avec plus d’impatience.

Au départ, c’était une ou deux fois par semaine.. ensuite, c’est devenu comme le chocolat, plus on en a plus on en demande. Aujourd’hui je crois que je ne suis plus prêt à revenir en arrière.

Vous dites avoir utilisé le tableau noir, l'ardoise et la craie et maintenant avoir recours aux technologies éducatives et à Internet, quelles ressemblances et quelles différences dans votre pratique quotidienne ?

Pour être honnête, je dirais que c’est vraiment comparer l’incomparable : Les technologies nouvelles permettent de réaliser des choses que l’enseignement classique n’est plus en mesure d’offrir.

Rien qu’au niveau de la rapidité et la facilité d’accès à l’information, la différence est incalculable. Avant, l’enseignant seul la possédait: s’il ne la donnait pas, il fallait aller la chercher dans des bibliothèques, dans des bouquins, dans des dictionnaires, la demander au parents, etc.. Aujourd’hui, en un clic de souris vous avez ce que vous cherchez au bout du doigt. Vous avez gagné beaucoup de temps mais surtout vous avez construit personnellement vos connaissances.

Ainsi, les TIC vous permettent de développer chez vos apprenants des habiletés de collaboration, les motivent et développent chez eux la coordination et la motricité; les TIC  les aident aussi à s'approprier leur apprentissage. D’ailleurs, il est évident que le travail collaboratif est aujourd’hui beaucoup plus favorisé et beaucoup plus simple grâce au nombre des réseaux sociaux qui croit tous les jours, des messageries instantanées comme Skype, OovoO, Msn messenger, Yahoo messenger, ainsi de suite, aux espaces de partage tels que Facebook, Google Drive, Hotmail, SkyDrive, et tant d’autres.

Aussi, si vous êtes un mordu des TIC, il va sans dire que vos élèves sont tous sur votre liste de contacts et que vous êtes sur la leur. Ils ont sûrement appris comment vous contacter en ligne à tout moment pour demander un conseil ou pour vous poser une question.... Si vous êtes un mordu des TIC, vous savez en quittant l’école que la leçon ne fait que commencer... Si vous êtes un mordu des TIC, vous saurez inciter vos élèves à continuer leur apprentissage et à diversifier ses sources..

Quelles sont les activités pédagogiques qui se prêtent le mieux à l’utilisation des TIC en classe avec des enfants ?

Je crois qu’il n’y a pas de sujet qui se prête mieux qu’un autre à l’usage des TIC. Tout ce qu'il est nécessaire de savoir, c’est quels outils choisir et comment les adapter à vos objectifs, et comment orienter les apprenants.

Il suffit de comprendre comment l'apprentissage peut être plus amusant et comment utiliser les logiciels et applications en se créant un point de vue complètement différent sur la façon de trouver les solutions aux problèmes et rendre le milieu d'apprentissage inclusif, fun et accessible.

Toutefois, je crois que l’approche projet permet de faire un travail plus consistant sur le long terme pour installer progressivement de nouvelles habitudes, répondre à de nouveaux besoins, se forger de nouvelles pratiques et assurer les compétences attendues.

Il s’agit là d’un travail vraiment collectif pendant lequel les apprenants construiront personnellement leur savoir et forgeront leur personnalité indépendamment de l'âge, de l'expérience, du degré d'habileté avec les savoirs académiques. Chacun ou chaque groupe pourra travailler à son rythme, selon ses besoins et ses capacités ce qui favorise encore et en particulier ceux qui ont des besoins éducatifs particuliers.

Toutes les réformes éducatives incluent la nécessité de développer des compétences liées à Internet (recherche d’information, communication, etc.), quel est l’état des lieux dans le cycle primaire en Tunisie ?

Malheureusement, les réformes éducatives tunisiennes n’abordent ce sujet que très rarement et très superficiellement. Je crois qu’il est grand temps de laisser faire ce grand nombre d’enseignants innovants qui ont été formés depuis 2002, qui ont eu le privilège de voyager et de voir d’autres expériences dont notamment le Récit québecois.

Je crois que sans un véritable réseau d’enseignants innovants nous souffrirons encore longtemps, mais surtout nos apprenants resteront encore longtemps en arrière par rapport aux autres.

Le pire c’est que plusieurs pays, avec beaucoup moins de moyens que nous, ont déjà bien avancé.

Chez nous l’infrastructure existe déjà puisque toutes les écoles sont équipées d’au moins 7 ordinateurs, tous liés à Internet, mais c’est la volonté politique peut-être qui fait défaut et qui ne permet pas encore de tirer profit de ces acquis.

Le thème de Thot cette semaine c’est “Internet, les enfants et moi”. Selon votre expérience professionnelle et personnelle, qu’est-ce qu’Internet a changé dans les rapports parents/enseignants et enfants ?

Je suis persuadé qu’Internet est le meilleur cadeau que le 20ème siècle ait offert à l’humanité et notamment à l’éducation.

Non seulement il permet comme nous l’avons dit de chercher, de traiter l’information et de bâtir des connaissances grâce à cette nouvelle forme d’encyclopédisme qui ressurgit sous une forme renouvelée, mais aussi d’échanger des informations rapidement aux quatre coins de la planète. Nos enfants et ceux qui les accompagnent ont une chance inouïe de faire autrement et mieux que les générations passées.

Les distances disparaissent, les continents et leurs différences s’effacent. En quelques secondes et simultanément, on peut se connecter à des ressources disséminées partout dans le monde. Ainsi, les bibliothèques du monde entier sont à la portée du clavier. Des informations circulent, des projets se réalisent, des collaborations s’effectuent, avec des partenaires, des individus, des groupes situés à des milliers de kilomètres. Mais le plus important dans tout ça c’est que les frontières s’effacent, les gens se rapprochent, se comprennent et se haïssent beaucoup moins. La coexistence, le bon voisinage, le respect de l’autre et l’acceptation de la diversité s’instaurent. Un monde nouveau se crée avec plus de bienveillance et moins de conflits et de guerres. Ou s'il ne se crée pas, nous avons les moyens d'aller dans ce sens.

Internet est un véritable  phénomène qui a su induire la mobilisation de nouveaux réseaux humains, de nouvelles formes de communication, l’espoir d’un échange humain placé sous le signe de l’égalité, du respect, et de la justice dans l’accès au savoir et aux différentes cultures.

Internet a également profondément transformé le paysage des pratiques amateures; aujourd’hui et grâce à internet, tout le monde peut tenter sa chance dans les domaines de la vidéo et de la photographie, de l’écriture, de la poésie, de la musique et des arts graphiques. En un clic de souris une oeuvre est publiée et quelques centaines de milliers de gens peuvent la partager avec son auteur.

Des projets qui vous tiennent à coeur ?

Bien sûr ! Je voudrais avant tout participer à une véritable intégration des TIC dans l’enseignement tunisien. Oeuvrer pour une intégration plus officielle, dépasser les initiatives personnelles qui restent très insuffisantes et trop limitées. Voir naître un véritable réseau éducatif dont l’apprenant sera le noyau, et dans lequel seront impliqués les enseignants, les parents, les encadreurs pédagogiques, l’administration et tous ceux qui ont un rapport avec l’éducation.
J'aimerais aussi voir le ministère de l’éducation se baser sur les nouvelles technologies dans le travail administratif quotidien comme l’envoi des circulaires, le recensement des élèves, etc... Je trouve aberrant que le citoyen tunisien soit capable d’avoir un extrait de naissance de n’importe quel village tunisien, consulter son compte en banque par téléphone, et payer la facture d'électricité depuis chez lui, alors qu’il doit encore faire des dizaines de kilomètres pour obtenir un bulletin de paie ou une attestation de travail. J'aimerais enfin voir les enseignants innovants vraiment impliqués dans les comités de réflexion et surtout dans les décisions à prendre pour développer l’enseignement dans notre pays. Dans une perspective plus personnelle, je me consacre au développement du site participatif Tunisia TIC pour mon réseau local au gouvernorat de Médenine et les formateurs TICE tunisiens.

Illustration corps de l'article : Réseau TICE Médenine

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné