Articles

Guide utilisateur pour l'évaluation et l'assistance par les pairs

Comment le programme PAR (Peer Assistance and Review) veille à améliorer la qualité de l'enseignement dispensé par les professeurs

Par Charles Brisson , le 06 novembre 2012 | Dernière mise à jour de l'article le 06 décembre 2012

Le Peer Assistance and Review (PAR), ou "évaluation et assistance par les pairs" est un programme de mentorat pour les enseignants lancé à Toledo, Ohio, au début des années 1980. Ce qui est devenu le "Plan Toledo" fut créé par le président des syndicats locaux de professeurs en collaboration avec les adminstrations scolaires afin de permettre à des professeurs experts de servir de mentors pour d'autres professeurs et ainsi améliorer la qualité de l'enseignement dispensé par ceux-ci dans les écoles.

Bien que le plan soit relativement bien connu et apprécié aux États-Unis, sa mise en place ne s'est pas encore déployée à grande échelle car elle nécessite une entente parfaite entre les parties concernées, les syndicats et les administrations. Son application exige également une évaluation des professeurs basée sur une approche systématique, ainsi qu'un apport financier important.

Le retour sur l'investissement fait dans un programme d'évaluation et d'assistance par les pairs peut être très intéressant lorsque le programme est bien monté et mené. C'est pourquoi le programme suscite l'attention de décideurs, d'administrateurs scolaires et de dirigeants des  syndicats de professeurs qui y voient un élément prometteur d'une statégie efficace de gestion des ressources humaines. 

Le fonctionnement du programme

Le programme, le plan Toledo, est conçu pour deux groupes d'enseignants : ceux qui débutent leur carrière et ceux qui, bien qu'expérimentés, connaissent des difficultés à bien s'acquitter de leur rôle.

Comment cela fonctionne-t-il alors ? Un comité formé d'administrateurs et de représentants syndicaux sélectionnent les enseignants experts qui deviendront les mentors du programme. Ces mentors, les éléments moteurs du plan, assisteront et évalueront les enseignants en demande. Le coût important du programme se trouve là en fait, car on doit remplacer dans les classes, un groupe d'enseignants expérimentés, à charge de cours complète, de leurs fonctions habituelles en leur demandant de devenir les mentors du programme. Dans la plupart des cas d'application du plan, ces enseignants sont ainsi libérés de leurs tâches pendant 3 à 5 ans et ils reçoivent une prime annuelle, de 3 000$ à 10 000$, en plus de leur salaire.

Un grand changement fonctionnel amené par le plan est l'évaluation de la performance qui n'est alors plus faite par les directeurs d'écoles mais par les mentors. Une certaine résistance, un grand inconfort même, est observé lorsque des enseignants expérimentés mais inefficaces, devenus participants du programme, sont ainsi évalués par des mentors qu'ils connaissent, parfois depuis de nombreuses années. La relation du syndicat avec ses membres, le mentor et le mentoré, devient difficile. C'est pourquoi la plupart des districts scolaires ont, jusqu'à maintenant, préféré n'intégrer que des enseignants débutants au programme. Les conflits sont évités et on réduit les coûts du programme. Ça ne règle aucunement les problèmes des enseignants expérimentés offrant un moindre rendement, bien sûr.

Bénéfices du programme

Ils sont évidents. En permettant aux meilleurs enseignants d'apprendre aux débutants, on assure un niveau de qualité plus élevé chez ceux-ci : ils apprendront des meilleurs. Le mentor assiste le débutant en créant un plan et des objectifs à atteindre. Le mentor aide à monter des cours, à trouver le matériel et les ressources nécessaires, et peut aussi faire assister le débutant à des classes d'enseignants performants - non, ils ne deviennent pas tous des mentors! 

Le suivi, le support, que se voient ainsi offrir les nouveaux enseignants ont des effets remarquables sur le taux de roulement de personnel. Ces enseignants restent. Et c'est là où les districts scolaires, et les syndicats de professeurs également, trouvent leur compte.

L'idée en soi n'est pas révolutionnaire - c'est tout simplement l'application au monde de l'enseignement du modèle millénaire du maître et de ses apprentis. N'empêche que ça surprend parfois de constater que les plus vieilles idées sont encore les meilleures. 

La version complète, sur plus de cent pages, du guide de l'utilisateur peut se télécharger sur A user's guide to Peer Assistance and Review.  

Autres lectures sur l'évaluation par les pairs

Pas le même programme mais le même concept : ici même, sur Thot Cursus, un article intititulé L'évaluation par les pairs dans les universités : utile aux chercheurs comme aux étudiants

Au Canada, on parle aussi d'évaluation par les pairs au Conseil des arts


Photo : kevin dooley / Foter / CC BY

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné